La Belgique défaillante? Charles Michel : «Ne tombons pas dans la sinistrose»

La Belgique, un « failed state » ? Après les critiques du premier président de la Cour de cassation ce week-end, c’était au tour du monde économique de s’exprimer. A travers une carte blanche publiée dans Le Soir ce mercredi, trois patrons ont établi un plan pour « « revitaliser cet Etat qui donne l’impression de ne plus fonctionner.»

S’exprimant dans les couloirs de la Chambre, le Premier ministre a finalement réagi. Il a reconnu que le pays a bien des faiblesses, mais il a rejeté l’idée d’une « Belgique défaillante ». Se voulant surtout rassurant, Charles Michel a déclaré: «Ne tombons pas dans le négativisme, la sinistrose, soyons lucides». Selon lui,« il y a une différence entre la perception et la réalité. »

Comme preuve, Charles Michel a avancé les décisions prises pour restaurer la situation économique à Bruxelles après les attentats. Il a par ailleurs invité à saluer les réformes qui visent à améliorer la situation du pays. Il dit même prendre les appels des patrons comme un «encouragement» à poursuivre les réformes engagées par son équipe. Les faillites diminuent, l’activité et l’emploi repartent à la hausse, nous luttons pour plus de sécurité, a assuré Charles Michel.

Appel aux gardiens de prisons

Le Premier ministre a par ailleurs lancé un «appel à la responsabilité» des gardiens de prisons en grève depuis un mois dans le sud du pays. Dans les prisons, un accord avait été conclu le 6 mai mais les syndicats n’ont pas été suivis par leur base dans le sud du pays, a constaté le Premier ministre qui semble y voir une explication de la radicalisation du mouvement. Pourtant, assure-t-il, le plan d’optimisation des prisons est généralement vécu comme une opportunité permettant l’amélioration des conditions de détention, la lutte contre la surpopulation carcérale, et la revalorisation de l’emploi.

Charles Michel a également redit toute sa confiance au ministre de la Justice Koen Geens qui a reçu un mandat de négociation du gouvernement.