La France opposée au renouvellement de l’autorisation du glyphosate

Alors que le sujet qui doit être tranché d’ici jeudi au niveau européen, la ministre française de la Santé, Marisol Touraine a confirmé l’opposition de la France au renouvellement de l’autorisation du glyphosate.

« Indépendamment des débats sur le caractère cancérigène ou non du glyphosate (…) les études dont nous disposons montrent que c’est un perturbateur endocrinien », a-t-elle souligné sur France Info.

« Le président de la République a dit très clairement lors de son intervention à l’occasion de la dernière conférence environnementale (en avril, ndlr) que le glyphosate ne serait pas autorisé en France », a rappelé Mme Touraine.

D’autres études attendues

« D’autres études sont attendues pour 2017. Mais en tout cas, en attendant ces nouvelles études, nous ne renouvelons pas l’autorisation pour le glyphosate », a-t-elle ajouté.

L’autorisation de commercialisation du glyphosate par l’UE expire fin juin. Un comité d’experts représentant les Etats-membres se réunit mercredi et jeudi pour se prononcer sur son renouvellement. Début mars, l’UE avait repoussé sa décision faute de majorité.

Lire : Un rapport de l’ONU minimise les risques du glyphosate sur la santé

Lors de la conférence environnementale, fin avril, François Hollande avait souligné son opposition à ce renouvellement en rappelant que le glyphosate avait été « classé cancérigène par l’Organisation mondiale de la santé ». L’ONG Générations futures, spécialisée dans la lutte contre les pesticides, a toutefois estimé lundi que la position de la France devait encore être « clarifiée », appelant notamment le Premier ministre Manuel Valls à « assumer » la position française.

Lire aussi : La France envisage d’interdire le Roundup