Les lumières artificielles désorientent les bébés tortues

De plus en plus nombreuses sur les côtes et en mer, les lumières artificielles induisent les bébés tortues en erreur. C’est ce qu’explique une étude publiée mercredi dans le journal Royal Society Open Science.

Pour cette étude, Michele Thums, de l’Université d’Australie-Occidentale, et son équipe ont équipé 40 toutes jeunes tortues vertes (Chelonia mydas) d’un émetteur à ultrasons miniature. Ils ont ainsi pu les suivre, grâce à un réseau sous-marin de 36 récepteurs placés autour de leur plage natale.

Augmentation de la pollution lumineuse

Conclusion des chercheurs : les trajectoires des bébés tortues sont très largement perturbées par la lumière artificielle qui peut faire différer leur trajectoire de 80 % et 100 %. Dans des conditions de lumière normale, les trajectoires des tortues sont relativement identiques : orientées vers le nord/nord-ouest. « C’est la preuve expérimentale que les jeunes tortues sauvages sont attirées par la lumière artificielle après leur entrée dans l’océan », selon l’étude.

Ce comportement a une incidence sur leur survie. Comme ils restent plus longtemps sur les rivages, ils sont soumis à un plus grand nombre de prédateurs. Heureusement, l’étude précise qu’ils ne sont pas piégés indéfiniment par l’éclairage. Ils peuvent reprendre leur baignade après une pause.

Mais cette pollution lumineuse ne s’arrête pas aux rivages. Elle s’étend désormais bien au-delà du rivage avec des installations industrielles comme les plates-formes pétrolières.