2.959 permis de détention d’arme en 2015

Au 31 décembre 2015, 769.120 armes étaient déclarées et détenues légalement en Belgique. Parmi celles-ci, 34.950 (soit environ 5 %) se trouvent en Brabant wallon. Chaque année, ce nombre augmente d’environ 1 % ou 2 %, selon le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon. Cela signifie donc que de nouvelles demandes sont enregistrées, et qu’une partie d’entre elles aboutissent effectivement.

67 % de plus qu’en 2013

L’an dernier, 2.959 documents d’autorisation de détention ont été délivrés dans la province. Il s’agit là d’un record, si l’on considère les cinq dernières années. À titre d’exemple, ce nombre est en augmentation de 34 % par rapport à 2014… et de 67 % par rapport à 2013 ! Cette réalité est d’autant plus surprenante que, dans les autres provinces belges, la tendance est plutôt inversée. Toutes, à l’exception du Brabant wallon et de la province d’Anvers, connaissent une diminution entre 2014 et 2015.

Malgré tout, nous restons « raisonnables » dans le secteur. Si près de 3.000 autorisations ont été comptabilisées chez nous en 2015, on est bien loin des 7.468 de Liège, 6.152 d’Anvers, ou encore 5.644 du Brabant flamand. En cinq ans, 11.343 documents d’autorisations ont été délivrés.

D’après Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon, ce record s’explique en partie par le contrôle quinquennal. Une fois tous les cinq ans, le gouverneur prend l’initiative de vérifier si tous les titulaires d’agréments et d’autorisations respectent la loi et satisfont encore aux conditions. « Il y a des décès complexes où, suite à un décès, une autorisation devient triple, car les héritiers se sont partagé les armes », explique-t-il. Le gouverneur accorde également beaucoup d’importance aux armes déclarées avant la loi Onkelinx et dont on a ensuite perdu la trace. « Cette recherche peut aussi justifier l’augmentation de documents délivrés. »

Tireurs sportifs

En Brabant wallon, la majorité des autorisations sont demandées par des tireurs sportifs. Majoritairement masculin. « Je délivre aussi des refus, mais ceux-ci se comptent en dizaines, et non en centaines comme les autorisations. »

Interpellé par question écrite du député Jean-Marc Nollet, à propos de la circulation des armes à feu en Belgique, le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon a toutefois tenu à préciser : « La légère hausse annuelle du nombre d’armes à feu en circulation ne signifie pas que l’on enregistre chaque année de nouvelles personnes disposant d’une arme à feu. Il s’agit également des personnes qui détiennent déjà une ou plusieurs armes et qui acquièrent une arme supplémentaire. »

D’après les chiffres communiqués par le ministre lors de sa réponse, 237 autorisations ont déjà été délivrées au cours des deux premiers mois de 2016. Un chiffre peu élevé, mais auquel il ne faut pas trop se fier. « Je peux vous affirmer qu’on est déjà bien largement au-dessus », conclut le gouverneur brabançon.