Accueil

L’école durable n’est plus une utopie

Trier ses déchets, manger sain, cultiver son potager… des habitudes dans les établissements communaux de Tournai. Des petites actions qui, mises en commun, offrent une bouffée d’air à l’environnement.

Temps de lecture: 3 min

Des brocolis, des carottes et des fraises. Les légumes frais sont installés sur les petites tables des élèves de maternelles. Aujourd’hui, c’est le jour du repas « fait maison » à l’école communale du Beau Séjour à Tournai, alors les enfants jouent des coudes pour se faire une place. Une fois par mois, tous les élèves de maternelles préparent le repas du midi avec leurs institutrices. Potage aux carottes, quiche aux légumes frais et crème de fraise au spéculoos, le menu donne déjà l’eau à la bouche des bambins qui s’attellent consciencieusement à couper les choux verts. « A l’heure des produits transformés, il est important de montrer aux enfants ce à quoi ressemblent réellement les légumes. Ils les manipulent, les cuisinent et les goûtent pour mieux les connaître et les apprécier », explique Rodolphe Cuvelier, le directeur. Pour ce dernier comme pour l’ensemble des directeurs des écoles communales de Tournai, conscientiser les enfants au développement durable et au respect de l’environnement est devenu un projet pédagogique à part entière. « Toutes les écoles fondamentales mènent des actions afin de sensibiliser les enfants et leurs parents sur l’importance de consommer des produits locaux, de saison, de trier ses déchets, de recycler, d’éviter le gaspillage », explique Philippe Robert, l’échevin de l’Enseignement.

Dans son école, Rodolphe Cuvelier a déjà réhabilité une mare tandis que dans quelques semaines, il inaugurera des potagers partagés à la manière des « Incroyables comestibles », un mouvement qu’il a découvert dans le documentaire « Demain » et qu’il a d’emblée souhaité initier dans son établissement. Implantée au cœur d’une cité sociale, la petite école devient ainsi le lieu de rencontre, d’échange et de convivialité.

Des graines de tournesol pour sensibiliser

À l’école de la Justice située à l’autre bout de la ville, on se concentre surtout sur le tri des déchets et l’alimentation saine des élèves en les invitant à créer des jolies poubelles de tri ou encore à établir leur hit-parade alimentaire. Dans d’autres écoles, on parie sur l’aspect social du développement durable en replaçant l’école dans son quartier, en l’ouvrant vers l’extérieur.

Ainsi, des élèves iront comme l’an dernier, distribuer des graines de tournesols aux habitants du village de Kain et en profiteront pour les sensibiliser à l’importance de la biodiversité. Dans la petite école du Pré Vert, les élèves ont souhaité venir en aide à un jeune handicapé en tentant de récolter des fonds pour son matériel. Pour cela, ils ont entrepris de récolter des bouchons de bouteilles en plastique auprès des voisins. « Cela a si bien marché que les habitants nous ont demandé de recommencer, explique Madame Lotfeld. Nous allons réfléchir à l’idée de mettre en place une collecte récurrente. » À la fin de la semaine, la petite école inaugurera son nouveau nom « Le Pré Vert » pour rendre hommage au pré qui la jouxte et initier un nouveau projet pédagogique autour de lui.

Entamée pas à pas il y a quelques années, la sensibilisation au développement durable devient un véritable état d’esprit dans les écoles de Tournai. Pas un seul chef d’établissement n’oserait imaginer, aujourd’hui, une cour de récréation sans poubelle de tri, une collation sans fruit ou eau et une cantine sans légumes frais et de saison. Le mouvement est lancé et il n’est pas près de s’arrêter.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une