Une banque foncière pour les potagers

On en recense une demi-douzaine, disséminés un peu partout dans Rixensart. Lançant une étonnante tendance. Les « potagers urbains » se multiplient dans l’entité. Ils sont encadrés par l’asbl Ferme de Froidmont Insertion, une entreprise d’économie sociale qui vise à remettre sur le chemin du travail des demandeurs d’emploi ou des personnes à faible niveau de qualification par l’acquisition de compétences techniques, scolaires et sociales. Cela passe notamment par des métiers de commis de cuisine ou de maraîchage.

Ce dernier volet prend de plus en plus d’ampleur. Près de 3 hectares sont aujourd’hui cultivés par six apprentis maraîchers et par des Rixensartois qui ne disposent pas d’un jardin. Le fruit de leur travail est dorénavant vendu chaque mercredi après-midi lors d’un marché local organisé dans l’enceinte de cette ancienne ferme. « Nous formons depuis peu des adultes au maraîchage biologique en permaculture, explique Thierry de Stexhe, directeur de cette ASBL mise à l’honneur mercredi par le ministre wallon René Collin (CDH) dans le cadre de la Semaine bio qui se déroulera du 4 au 12 juin. Notre objectif est de les accompagner vers un emploi ou vers la création de leur propre activité. Cette initiative permet de lancer un embryon de ceinture alimentaire, d’être créatrice d’emplois, d’activité économique et de créer des relations humaines. Nous souhaitons susciter le partage d’expériences, le retour à la terre et la mixité sociale. Celle-ci s’insère vraiment dans la transition écologique qui se développe actuellement. »

A côté de ces formations, se développe également le principe des jardins partagés. 65 parcelles sont aujourd’hui cultivées un peu partout dans Rixensart et alentours (à Froidmont, Bourgeois, la Mare aux Loups ou encore Maransart). Des terrains qui sont mis à disposition par de grands propriétaires fonciers. L’offre dépasse d’ailleurs aujourd’hui largement la demande. Si bien qu’une banque foncière pourrait voir le jour. « C’est en effet un vrai objectif, poursuit Thierry de Stexhe, qui proposera un apéro urbain musical le 3 juin à Froidmont et ouvrira le lendemain les portes du potager de la Mare aux Loups. Nous devons vraiment permettre à nos stagiaires d’accéder à la terre et de s’inscrire dans la filière bio. »

Et Antoine Colin, formateur maraîcher, d’ajouter : « Cette initiative connaît en tout cas un grand succès. Des lopins de terre sont par exemple cultivés entre deux parcelles de maison, dans des quartiers très urbanisés. Cela permet de redonner un peu de vie dans certaines rues. Ces potagers citoyens améliorent aussi l’autosuffisance alimentaire locale et participent aux démarches de transition de société. » L’un des objectifs de l’ASBL étant notamment de constituer une sorte de ceinture alimentaire locale. Une formule qui fonctionne puisque l’équilibre financier est en passe d’être atteint.

Enfin, ajoutons que la Ferme de Froidmont Insertion comprend également un restaurant pédagogique alimenté bien évidemment par les potagers et qu’elle lancera dès le mois de septembre un café citoyen qui évoquera les grands thèmes du développement durable.

Infos : www.froidmontinsertion.be