Festival de Cannes: Ken Loach remporte la Palme d’or pour la seconde fois (vidéo)

C’était le grand soir à Cannes. Après deux semaines de compétition, le palmarès du 69e festival de cinéma a été dévoilé. Il sacre le réalisateur écossais Ken Loach, mais aussi Xavier Dolan, Jaclyn Jose et Shahab Hosseini.

Le palmarès complet

► La Palme d’or : pour Ken Loach et son film « Moi, Daniel Blake ».

La Palme d’or du Festival de Cannes a été attribuée au cinéaste britannique Ken Koach pour « Moi, Daniel Blake », film qui suit sur le parcours kafkaïen d’un chômeur contraint de demander l’aide sociale.

Six fois primé à Cannes, où il avait reçu la Palme d’or en 2006 pour « Le Vent se lève », Ken Loach, 79 ans, raconte dans ce film l’histoire d’un menuisier qui se bat pour obtenir l’aide sociale.

Voir son discours en vidéo sur mobile

«Ce monde dans lequel nous vivons se trouve dans une situation dangereuse» car les idées «que nous appelons néo-libérales (...) risquent de nous amener à la catastrophe», a-t-il déclaré sur scène. «Il faut dire qu’un autre monde est possible et même nécessaire», a-t-il encore lancé, en français et en anglais, après avoir mis en garde contre le retour de l’extrême droite.

► Le Grand Prix : à Xavier Dolan, pour « Juste la fin du monde ».

Le Grand prix du Festival de Cannes a été attribué dimanche à « Juste la fin du monde » du cinéaste canadien de 27 ans Xavier Dolan, huis clos familial survolté avec un casting haut de gamme, avec Gaspard Ulliel, Vincent Cassel et Marion Cotillard.

«  Tout ce qu’on fait dans la vie on le fait pour être aimé, pour être accepté », a déclaré en larmes le réalisateur en recevant son prix. Sixième long-métrage de Xavier Dolan, jeune prodige et enfant chéri de Cannes, « Juste la fin du monde » est tiré d’une pièce de l’auteur français Jean-Luc Lagarce, mort du sida en 1995.

► Prix de la mise en scène : ex-æquo au Roumain Cristian Mungiu et au Français Olivier Assayas.

Le Prix de la mise en scène du 69e Festival de Cannes a été remis dimanche, ex-aequo, au Roumain Cristian Mungiu pour « Baccalauréat » et au Français Olivier Assayas pour « Personal Shopper ».

Dans « Baccalauréat » Cristian Mungiu sonde avec acuité les compromissions et la corruption dans la société roumaine. « Personal Shopper », signé Olivier Assayas raconte l’histoire d’une jeune femme, Maureen, qui espère entrer en contact avec son frère jumeau disparu.

► Le prix d’interprétation féminine : à Jaclyn Jose pour « Ma’ Rosa ».

La star philippine Jaclyn Jose a reçu dimanche le prix d’interprétation féminine à Cannes pour son rôle dans « Ma’ Rosa » de son compatriote Brillante Mendoza.

Dans ce film, un cri contre la corruption, elle incarne à 52 ans une mère de famille modeste, forcée de réunir une importante somme d’argent pour éviter la prison, ainsi qu’à son mari.

► Le prix du jury : « American Honey », de Andrea Arnold.

► Le prix d’interprétation masculine : à Shahab Hosseini, pour son rôle dans « Le client ».

Le prix d’interprétation masculine du Festival de Cannes a été attribué dimanche à l’acteur iranien Shahab Hosseini pour le film « Le Client » d’Asghar Farhadi.

«  Je remercie Dieu », a déclaré le comédien de 42 ans qui a dédié son prix à son «  peuple ». Fidèle d’Asghar Farhadi, Shahab Hosseini avait déjà joué avec le réalisateur iranien dans « Une Séparation » et « A propos d’Elly ».

► La Palme d’or d’honneur à Jean-Pierre Léaud, pour l’ensemble de son oeuvre.

«  Je suis né à Cannes en 1959 » lors de la présentation des « 400 Coups », de François Truffaut, s’est remémoré l’acteur de 72 ans, avec émotion. «  A la fin de la projection, j’étais porté en triomphe sous un tonnerre d’applaudissements. »

«  Je ressens aujourd’hui la même joie profonde qu’il y a 58 ans, lorsque François m’a dit en me remettant le scénario des 400 coups, tiens Jean-Pierre, tu as le rôle principal », a-t-il ajouté.

► Le prix de la Caméra d’or (meilleur premier film)  : « Divines », de Houda Benyamina.

Coup de poing venu de banlieue parisienne, porté par une intrigue haletante et un jeu d’actrices à l’énergie folle, Divines, premier film de la Française Houda Benyamina a reçu dimanche la Caméra d’Or à Cannes. «  Cannes, c’est aussi notre place à nous ! », «  Cannes est à nous, à nous les femmes ! », a lancé la réalisatrice en recevant son prix.