Le PS namurois défend le RER et le Thalys

Les députés et bourgmestres en réunion avec la SNCB

Temps de lecture: 2 min

Le nouveau Plan de transport de la SNCB est sur bien des lèvres en ce moment. Ce lundi 23 mai, les chemins de fer ont convié les bourgmestres et députés de la Province de Namur à une réunion de consultation. Le PS, notamment la députée fédérale Gwenaëlle Grovonius, s’y est déplacé avec une liste de priorités adoubée par les deux fédérations, du nord et du sud de la province. Des demandes d’ailleurs assez largement partagées par les autres partis.

La députée a plaidé en faveur de sept causes. La première est de finaliser les travaux du RER afin de permettre un meilleur confort aux voyageurs sur les L161 et L162 (entre Luxembourg et Bruxelles). «  Cela permettra en effet une réduction des temps de parcours et l’augmentation des places disponibles.  » Pour la seconde, c’est une autre paire de manches : remettre le Thalys wallon sur les rails et garantir le statut de gare internationale pour Namur. Le sujet a déjà alimenté moult débats au conseil communal namurois, des votes sont intervenus pour soutenir le maintien du Thalys à Namur, mais jusqu’ici sans effet. Il n’est pas du tout gagné, vu le contexte budgétaire très tendu – confer les actuelles contestations des cheminots – que le groupe SNCB reviendra sur cette décision. Et ce en dépit de l’origine territoriale du nouveau ministre de tutelle.

Pour le reste, cinq autres demandes étaient encore formulées : garantir un entretien effectif des lignes rurales, renforcer la ligne 132 entre Couvin et Charleroi, stopper la fermeture des guichets, mieux entretenir les gares ainsi qu’améliorer la ponctualité des trains et les correspondances.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une