Prisons: travaux, recrutement et gel des économies dans l’accord des 4 syndicats

Les trois syndicats néerlandophones (ACV, ACOD et VSOA) ainsi que le syndicat libéral francophone (SLFP) ont approuvé lundi le protocole d’accord proposé par le ministre de la Justice Koen Geens.

Temps de lecture: 4 min

Les trois syndicats néerlandophones (ACV, ACOD et VSOA) ainsi que le syndicat libéral francophone (SLFP) ont approuvé lundi le protocole d’accord proposé par le ministre de la Justice Koen Geens. Cet accord prévoit notamment un recrutement d’agents, le gel des économies en 2016 et la diminution de la surpopulation carcérale. «  Avec cette signature du protocole, le ministre clôture les négociations et concrétisera les propositions faites. » La porte reste ouverte aux deux syndicats francophones qui n’ont pas signé, la CGSP et la CSC.

► A lire : Grève dans les prisons : Koen Geens met fin aux négociations

Les différentes mesures

Quelque 480 agents statutaires, dont des psychologues ou des assistants sociaux, seront recrutés. La plus grande partie des engagements concerne les agents pénitentiaires : 386 agents engagés avant la fin du premier semestre 2017. Concrètement, les départs seront remplacés pour atteindre le cadre de 7.075 équivalents temps plein contre 7.241 en 2014. Toute économie en matière de personnel est donc gelée pour 2016.

L’accord comprend également une prime de flexibilité pour le personnel des établissements qui appliquent la nouvelle méthode de travail « Travailler autrement », la fameuse «  rationalisation » décriée par la CGSP et la CSC. Toutes les catégories de personnel qui la mettent en œuvre recevront trois euros à indexer de l’heure. Ceci sera activé «  immédiatement et avec effet rétroactif » par un groupe de pilotage qui validera les établissements concernés.

La méthode, « Travailler autrement », sera validée par le Comité de concertation de base de chaque établissement, sur base volontaire et concertée, ajoute l’accord.

Les infrastructures pénitentiaires seront améliorées. L’entretien et les investissements par la Régie des bâtiments (46 millions d’euros en 2016) seront accélérés. Un programme du SPF Justice (10 millions d’euros) sera mis en place pour les petits travaux et la sécurisation des prisons.

La surpopulation carcérale sera limitée à 10.000 détenus, promet l’accord. Ceci grâce à de nouvelles mesures, notamment en matière de détention préventive.

Enfin, l’évolution du recrutement, de la surpopulation et des travaux d’amélioration sera évaluée chaque trimestre. En 2017, une évaluation globale auprès de chaque établissement sera réalisée.

« Il existe une limite à ce que la concertation peut faire »

Les deux syndicats francophones, CGSP et CSC, n’ont eux pas signé cet accord. Ils demandent un arrêt complet de la rationalisation, un retour au cadre de personnel de 2014 (7.241 équivalents temps plein) et un gel des économies jusqu’à la fin de la législature. Laurence Clamar, secrétaire permanente de la CSC Services publics, considère que cette signature ne fait que «  mettre de l’huile sur le feu ». Les agents continueront la grève jusqu’à ce qu’ils soient entendus, précise-t-elle.

► A lire : Grève dans les prisons : « Les besoins des prisons wallonnes et bruxelloises sont niés »

Le ministre de la Justice Koen Geen considère pour sa part que les négociations sont closes et invite les deux syndicats francophones à signer le protocole proposé. «  Il existe une limite à ce que la concertation peut faire », a-t-il précisé. Dès demain/mardi, une entreprise privée assurera, sur demande, la livraison de trois repas par jour dont un chaud. «  Cela libérera le personnel qui fait les repas habituellement pour ranger, nettoyer les prisons et leur rendre un aspect plus acceptable », a expliqué le ministre.

Selon lui, le refus des deux syndicats n’empêchera pas l’application de l’accord, qui sera exécuté «  immédiatement ». Plus de 94 % des agents pénitentiaires francophones l’ont pourtant rejeté, selon les chiffres des syndicats.

L’ACOD et l’ACV ayant signé le protocole du ministre Geens, les deux syndicats ne reconnaîtront plus, dès mercredi, la grève dans la prison de Saint-Gilles. Filip Dudal de l’ACV déplore que deux syndicats francophones n’aient pas accepté le protocole. «  Je ne me sens pas bien à ce sujet. Mais les syndicats néerlandophones ont négocié et les syndicats francophones ont entamé une guerre de tranchées. J’espère que les liens pourront être rétablis », a-t-il commenté lundi soir.

 

À lire aussi Prisons: une grève sans issue

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une