Grève dans les prisons: selon les syndicats, le gouvernement méprise les agents francophones

Les syndicats CGSP et CSC sont «déçus» par le gouvernement qui a refusé leur contre-proposition pour mettre un terme à la grève dans les prisons, ont-ils indiqué ce jeudi à l’agence Belga. Le ministre de la Justice Koen Geens et le Premier ministre Charles Michel n’ont pas voulu entendre les revendications des agents francophones, estiment-ils. Les syndicats chrétien et socialiste ont formulé ce mercredi une contre-proposition au protocole d’accord du ministre de la Justice, accepté par trois syndicats néerlandophones (ACV, ACOD, VSOA) et l’organisation libérale francophone SLFP. Ils réclamaient le maintien des 7.075 équivalents temps plein jusqu’à la fin de la législature mais le Premier ministre considère que les négociations sont terminées.

Le gouvernement «méprise» les agents francophones, déplore Laurence Clamar, secrétaire permanente à la CSC Services publics. «Nous avons le sentiment de ne pas avoir été écoutés. Je me demande si nous avons négocié avec le ministre de la Justice flamand ou fédéral.» L’attitude des syndicats flamands pose aussi question, poursuit la syndicaliste. «Les agents néerlandophones n’étaient pas en grève mais leurs représentants ont accepté une proposition insatisfaisante pour les francophones qui avaient arrêté le travail