Une femme transgenre poignardée au ventre à Etterbeek

Une femme a été poignardée au ventre à l’aide d’un objet tranchant, samedi dernier à Etterbeek. Ses jours ne sont pas en danger. Divers devoirs d’enquête ont été requis et, dans l’intérêt de l’instruction judiciaire en cours, le parquet a fait savoir lundi qu’il ne commenterait pas davantage cette affaire.

La victime a déclaré avoir fait l’objet de menaces à plusieurs reprises et a déjà déposé plusieurs plaintes qui ont été rassemblées auprès d’un juge d’instruction. Le fait que l’agression serait motivée par de la haine à l’encontre de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels), comme le rapportent certains médias, fait partie de l’enquête, a souligné le parquet. Selon le quotidien la Capitale qui a diffusé l’information, la victime, une femme transgenre tunisienne âgée de 26 ans, aurait en effet été poignardée par des personnes qui l’auraient déjà agressée en Tunisie et qui se réclamaient de l’Etat Islamique.