Le Tour des Flandres quitte Bruges pour Anvers et retrouvera le Mur de Grammont

La ville d’Anvers accueillera le départ de la plus grande course cycliste du pays durant les cinq prochaines années. Selon Het Nieuwsblad, qui rapportait l’information vendredi matin avec Het Laatste Nieuws, Anvers payera 400.000 euros par an, soit le double du montant déboursé par Bruges lors des précédentes éditions.

«  Nous nous sommes basés sur le prix du départ d’une étape de plat du Tour de France, qui revient à 360.000 euros », explique Wouter Vandenhaute, l’organisateur des Franders Classics de cyclisme.

Cette décision constitue un revers pour Bruges, qui accueillait le Tour des Flandres depuis 1998. «  C’est dommage. Pas seulement pour Bruges, mais pour toute la Flandre-Occidentale », a déploré le bourgmestre Renaat Landuyt, interrogé par l’Agence Belga. «  Apparemment, Anvers a décroché le contrat pour 400.000 euros. Nous aurions pu nous rapprocher de ce montant, mais il s’agit d’une décision autonome de l’organisateur. Bruges n’a eu aucune chance », a-t-il poursuivi.

Le mur de Grammont de retour

L’impact économique et touristique pour la Ville est jugé non négligeable. «  En marge du Tour, la ville se transformait en un lieu de fête, avec un événement musical notamment. D’un point de vue économique, nous perdons non seulement les nuitées des équipes professionnelles mais aussi celles des cyclistes amateurs qui prennent le départ de la course quelques jours avant. Désormais, ce week-end sera libre, mais nous veillerons à le remplir autrement », a affirmé le bourgmestre de Bruges Renaat Landuyt.

De son côté, le mayeur d’Anvers Bart De Wever s’est réjoui de l’arrivée de «  la bellissime des Flandres » sur son territoire. «  C’est une opportunité incroyable. Avec cet événement, Anvers se positionne en tant que ’la’ ville sportive de Flandre », a-t-il estimé, ajoutant que les retombées économiques devraient être importantes.

En choisissant Anvers comme point de départ, les organisateurs optent par ailleurs pour rendre une place proéminente dans le parcours au célèbre mur de Grammont, délaissé depuis 2011. «  Après le départ à Anvers, le nouvel itinéraire longe Herzele et Zottegem sur un parcours plat en direction d’Audenarde et avant un premier passage sur le Vieux Quaremont. Suivent une série de côtes qui mèneront au mur de Grammont », commentent-ils. Les derniers 75 kilomètres resteront inchangés par rapport à l’an dernier. L’arrivée étant toujours prévue à Audenarde.