22 juin 1633: condamnation de Galilée

Depuis de longues années, Galilée est attaqué pour ses théories scientifiques. L’astronome et mathématicien italien défend la vision copernicienne selon laquelle le soleil se trouve au centre de l’univers, la terre ne faisant que tourner autour de lui. L’approche s’oppose alors à la croyance d’une planète bleue immobile et au centre de la création divine.

Finalement le 22 juin 1633, au couvent dominicain de Santa-Maria, la sentence est rendue : Galilée est accusé d’hérésie pour avoir tenu cette fausse doctrine du mouvement de la Terre et repos du Soleil. Il lui est demandé d’abjurer de ces erreurs et ces hérésies contraires à l’Église. Galilée accepte de renier sa vision du monde et lit la formule d’abjuration qu’on lui a préparée : « Moi, Galiléo, fils de feu Vincenzio Galilei de Florence, âgé de soixante-dix ans, ici traduit pour y être jugé, agenouillé devant les très éminents et révérés cardinaux inquisiteurs généraux contre toute hérésie dans la chrétienté, ayant devant les yeux et touchant de ma main les Saints Évangiles, jure que j’ai toujours tenu pour vrai, et tiens encore pour vrai, et avec l’aide de Dieu tiendrai pour vrai dans le futur, tout ce que la Sainte Église catholique et apostolique affirme, présente et enseigne. Cependant, alors que j’avais été condamné par injonction du Saint-Office d’abandonner complètement la croyance fausse que le Soleil est au centre du monde et ne se déplace pas, et que la Terre n’est pas au centre du monde et se déplace, et de ne pas défendre ni enseigner cette doctrine erronée de quelque manière que ce soit, par oral ou par écrit ; et après avoir été averti que cette doctrine n’est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures, j’ai écrit et publié un livre dans lequel je traite de cette doctrine condamnée et la présente par des arguments très pressants, sans la réfuter en aucune manière ; ce pour quoi j’ai été tenu pour hautement suspect d’hérésie, pour avoir professé et cru que le Soleil est le centre du monde, et est sans mouvement, et que la Terre n’est pas le centre, et se meut. J’abjure et maudis d’un cœur sincère et d’une foi non feinte mes erreurs. »

Sur le même sujet
Astronomie