Contre les génocides et le négationnisme, les parlementaires d’Europe s’engagent

175 Parlementaires de 24 Parlements nationaux et du Parlement européen, venant de courants politiques variés et de 31 pays cosignent cette tribune pour la prévention des génocides et crimes de masse et contre le négationnisme, qui marque l’apparition de l’Europe sur la carte mondiale de la prévention.

Temps de lecture: 12 min

Syrie, Irak, Darfour, Burundi,… L’insupportable liste des crimes de masse qui sont commis sous nos yeux, et dont certaines pourraient se développer en génocides, est longue.

Par ailleurs, notre continent connaît une poussée de négationnisme, au niveau de partis politiques comme d’une certaine culture populaire, sous différentes formes : déni voire inversion des faits, relativisme, confusion, concurrence des victimes,... Or, comme nous l’enseigne le Prix Nobel de la Paix Elie Wiesel : « le tueur tue toujours deux fois, la seconde par le silence » : le négationnisme est la continuation du génocide.

Ainsi, s’engager pour la prévention des génocides et des crimes de masse et contre le négationnisme constitue un seul et même mouvement.

Il s’agit de préserver une valeur fondamentale, la vie, et d’un engagement qui transcende les appartenances communautaires ou nationales et les clivages partisans. Il nous concerne tous.

Les parlementaires ont des possibilités d’action, donc une responsabilité particulière. Cette responsabilité nous oblige.

C’est pourquoi, venus de différents horizons et par-delà les désaccords qui parfois nous opposent, nous nous engageons ensemble, au nom d’une humanité partagée, pour la prévention des génocides et des crimes de masse et la lutte contre le négationnisme.

Dans une démarche universaliste, nous agirons pour faire en sorte que le souci de l’Autre l’emporte sur l’indifférence, la vérité sur le mensonge, le savoir sur l’ignorance, la solidarité sur l’égoïsme, la vie sur la destruction.

Nous nous engageons pour la prévention des génocides et des crimes de masse en lien avec les différentes organisations internationales, régionales et nationales, gouvernementales et de la société civile, qui y travaillent, afin que la Responsabilité de Protéger soit mise en œuvre avec rigueur et efficacité.

Concrètement, nous participerons tout d’abord à la documentation des faits, notamment en nous rendant sur le terrain. Nous informerons et alerterons sur les situations à risque tant le grand public que nos gouvernements, les institutions européennes, régionales et internationales, et les autres parlements.

Nous agirons également pour que ces institutions, en premier lieu nos gouvernements, s’impliquent avec détermination pour mettre fin à toutes les situations potentiellement génocidaires, où qu’elles se déroulent sur le globe.

Enfin, nous travaillerons à la mise en place au sein des institutions, à commencer par les parlements dont nous sommes élus, de mécanismes de supervision des situations à risque et d’intervention pour prévenir les crimes de masse ou arrêter celles en cours.

Notre engagement contre le négationnisme des génocides, tels que définis par la Convention de l’ONU de 1948 et reconnus par les institutions internationales et le monde académique, se déploiera sous différentes formes.

Par l’intervention dans le débat public pour débusquer et combattre les différentes expressions de négationnisme, par l’élaboration de la loi quand ce sera l’outil le plus efficace.

La progression de la connaissance permet de faire reculer le négationnisme. Aussi, nous ferons en sorte que les historiens puissent travailler avec la plus grande liberté, notamment en œuvrant à l’ouverture de toutes les archives concernées et au soutien de la recherche dans ce domaine.

L’éducation et la transmission sont fondamentales à notre combat partagé. La connaissance des histoires et des mémoires des génocides offrira aux générations actuelles et futures une ouverture sur le monde, une attention à l’Autre, un surplus de lucidité et contribuera à une culture partagée des droits de l’homme.

Dans cette perspective, nous participerons aux commémorations des génocides dans les lieux où ils ont été commis ou avec les autorités qui représentent les victimes. Avec solidarité, nous soutiendrons les rescapés, les Justes, les résistants, ainsi que leurs descendants, car les effets du génocide s’étendent avec les générations.

De même, nous organiserons des actions de transmission au sein de nos parlements et nous soutiendrons celles de la société civile et des autres institutions publiques.

Enfin, nous agirons pour que les histoires et mémoires des génocides occupent une place pertinente dans les programmes scolaire et nous soutiendrons le développement de leur étude au sein du monde académique.

Primo Lévi disait : « C’est arrivé, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer, et partout. » Pour nos générations comme pour les suivantes, notre vigilance et notre engagement seront sans faille.

Signataires :

56 députés européens, de 20 pays :

Lars Adaktusson, PPE (Suède), Beatriz Becerra Basterrechea, vice-présidente de la Sous-commission Droits de l’Homme, ADLE (Espagne), Brando Benifei, S&D (Italie), Michał Boni, PPE (Pologne), José Bové, Verts/ALE (France), Klaus Buchner, Verts/ALE (Allemagne), Seb Dance, S&D (Royaume-Uni), Karima Delli, Verts/ALE (France), Mark Demesmaeker, membre du bureau de CRE, CRE (Belgique), Anneliese Dodds, S&D (Royaume-Uni), Pascal Durand, Verts/ALE (France), Frank Engel, PPE (Luxembourg), Tanja Fajon, vice-présidente de S&D, S&D (Slovénie), José Ignácio Faria, ADLE (Portugal), Charles Goerens, ADLE (Luxembourg), Ana Gomes, S&D (Portugal), Nathalie Griesbeck, ADLE (France), Richard Howitt, S&D (Royaume-Uni), Danuta Huebner, présidente de la Commission des affaires constitutionnelles, PPE (Pologne), Yannick Jadot, Verts/ALE (France), Ivan Jakovčić, ADLE (Croatie), Eva Joly, Verts/ALE (France), Jude Kirton-Darling, S&D (Royaume-Uni), Stelios Koúloglou, vice-président de la Commission du Développement, GUE/NGL (Grèce), Dr. Andrey Kovatchev, PPE (Bulgarie), Merja Kyllönen, GUE/NGL (Finlande), Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts/Alliance libre européenne, Verts/ALE (Belgique), Patrick Le Hyaric, vice-président du groupe GUE/NGL, GUE/NGL (France), Monica Macovei, CRE (Roumanie), Costas Mavrides, S&D (Chypre), Louis Michel, ancien Commissaire européen pour la Science et la Recherche puis pour le Développement et l’Aide humanitaire, ancien vice-Premier ministre et ministre des Affaires Etrangères, ADLE (Belgique), Claude Moraes, président de la Commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, S&D (Royaume-Uni), Luigi Morgano, S&D (Italie), Maite Pagazaurtundúa, ADLE (Espagne), Pier Antonio Panzeri, S&D (Italie), Demetris Papadakis, S&D (Chypre), Sirpa Pietikainen, PPE (Finlande), Soraya Post, S&D (Suède), Christian Dan Preda, vice-président de la Sous-commission Droits de l'Homme, PPE (Roumanie), Michèle Rivasi, vice-présidente du Groupe des Verts/ALE, Verts/ALE (France), Sofia Sakorafa, membe du bureau de GUE/NGL, GUE/NGL (Grèce), Marietje Schaake, ADLE, (Pays-Bas), Csaba Sógor, PPE (Roumanie), Helga Stevens, vice-présidente du Groupe CRE, CRE (Belgique), Dr. Charles Tannock, CRE (Royaume-Uni), Marc Tarabella, ADLE (Belgique), Ernest Urtasun, Verts/ALE (Espagne), Ivo Vajgl, ADLE (Slovénie), Bodil Valero, Verts/ALE (Suède), Hilde Vautmans, ADLE (Belgique), Julie Ward, S&D (Royaume-Uni), Renate Weber, ADLE (Roumanie), Josef Weidenholzer, vice-président du Groupe S&D, S&D (Autriche), Cecilia Wikström, présidente de la Commission Pétitions, ADLE (Suède), Boris Zala, S&D (Slovaquie), Gabriele Zimmer, présidente du Groupe GUE/NGL, GUE/NGL (Allemagne)

119 Parlementaires nationaux, venant des parlements nationaux de 24 pays :

Autriche : Alev Korun, député, président du Comité des Droits de l'Homme au Conseil National, Les Verts-Alternative Verte ; Ingrid Winkler, sénatrice, vice-présidente du Conseil Fédéral, SPÖ.

Bosnie-Herzégovine : Dennis Gratz, député, NS/HC ; Ismet Osmanović, député, SDA.

Croatie : Milorad Pupovac, député, vice-président du SDSS, SDSS.

Finlande : Li Andersson, députée, première vice-présidente du groupe parlementaire VAS, VAS ; Tmo Harakka, député, SDP, Jutta Urpilainen, députée, ancienne ministre de la Finance, Ancienne vice-Première ministre, ancienne cheffe de parti, SDP.

France : Michel Amiel, sénateur, F13 ; David Assouline, sénateur, vice-président de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, PS ; Danielle Auroi, députée, présidente de la Commission des Affaires européennes de l’Assemblée Nationale, EELV ; Nicolas Bays, député, vice-président de la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées, PS ; Jean-Pierre Blazy, député, PS ; Valérie Boyer, députée, LR ; Fanélie Carrey-Conte, députée, PS ; Luc Carvounas, sénateur ; Dominique Chauvel, député, PS ; Roland Courteau, sénateur, vice-président de la Délégation pour les Droits des Femmes et l’Egalité des chances entre les hommes et les femmes, PS ; Pascale Crozon, députée, PS ; Fanny Dombre-Coste, députée, PS ; Cécile Duflot, députée, ancienne ministre du Logement et de l’Egalité des territoires, EELV ; Hervé Féron, député, PS ; Jean-Louis Gagnaire, député, PS ; Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice, PS ; Joël Giraud, député, PRG ; Meyer Habib, député, vice-président du Groupe d’étude Antisémitisme, UDI ; Razzy Hammadi, député, PS ; Sophie Joissains, sénatrice, UDI ; Philippe Kaltenbach, sénateur, PS ; Claude Kern, sénateur, UDI ; Jean-Christophe Lagarde, député, président de l’UDI ; François-Michel Lambert, député, PS ; Noël Mamère, député, EELV ; Jean-Pierre Masseret, sénateur, PS ; Sandrine Mazetier, députée, vice-présidente de l’Assemblée Nationale, PS ; Alain Milon, sénateur, LR ; Paul Molac, député, PS ; Philippe Noguès, député, Indépendant ; Christophe Premat, député, PS ; Francois Rochebloine, député, UDI ; Barbara Romagnan, députée, PS ; Jean-Louis Roumégas, député, EELV ; Rudy Salles, député, NC ; Eva Sas, députée, vice-présidente de la Commission des Finances, EELV ; Gabriel Serville, député, PSG ; Pascal Terrasse, député, PS ; Nelly Tocqueville, sénatrice, PS ; Catherine Troallic, députée, PS.

Allemagne : Marieluise Beck, députée, Die Grünen ; Dr. Franziska Brantner, députée, Die Grünen ; Dr. Karamba Diaby, député, vice-président du Comité des Droits de l’Homme et de l’Aide humanitaire, SPD ; Barbara Hendricks, députée, SPD ; Peter Meiwald, député, Die Grünen.

Géorgie : Temur Maisuradze, député, GDDG.

Grèce : Fofi Gennimata, députée, présidente de PASOK, ancienne vice-ministre de la Santé, PASOK.

Irlande : Gerry Adams, député, président du Sinn Féin SF ; John Brady, député, SF ; Pat Buckley, député, SF ; Seán Crowe, député, SF ; David Cullinane, député, SF ; Pearse Doherty, député, SF ; Dessie Ellis, députée, SF ; Martin Ferris, député, SF ; Kathleen Funchion, députée, SF ; Martin Kenny, député, SF ; Mary Lou McDonald, députée, vice-présidente du Sinn Féin, SF ; Finian McGrath, député, Indépendant ; Denise Mitchell, députée, SF ; Imelda Munster, députée, SF ; Carol Nolan, députée, SF ; Eoin Ó Broin, député, SF ; Caoimhghín Ó Caoláin, député, SF ; Donnchadh Ó Laoghaire, député, SF ; Aengus Ó Snodaigh, député, SF ; Jonathan O'Brien, député, SF ; Louise O'Reilly, députée, SF ; Thomas Pringle, député, Indépendant ; Maurice Quinlivan, député, SF ; Bríd Smith, député, PBPA ; Brian Stanley, député, SF ; Peadar Tóibín, député, SF.

Italie : Michele Bordo, député, président de la Commission Politiques de l'Union Européenne, PD ; Vannino Chiti, sénateur, ancien vice-président du Sénat, ancien ministre des Relations avec le Parlement et des Réformes institutionnelles, PD ; Luigi Manconi, sénateur, président de la Commission extraordinaire pour la protection et la promotion des droits de l’Homme, PD ; Maino Marchi, député, PD ; Elio Massimo Palmizio, député, secrétaire de la Commission Défense, FI-PdL ; Franco Panizza, sénateur, secrétaire exécutif du PATT ; Loredana De Petris, sénatrice, présidente du Groupe SEL au Sénat, SEL ; Francesco Scalia, sénateur, PD ; Gea Schirò, député, PD ; Arturo Scotto, député, président du Parti SEL au Parlement, SEL ; Mara Valdinosi, sénatrice, PD ; Giorgio Zanin, député, PD.

Lituanie : Marija Aušrinė Pavilionienė, députée, LSDR.

Luxembourg : Yves Cruchten, député, secrétaire général du Parti ouvrier socialiste luxembourgeois, POSL.

Macédoine : Aleksandar Nikoloski, député, vice-président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Parti VMRO-DPMNE.

Malte : Hon. Joe Mizzi, député, ministre du Transport et de l'Infrastructure, PL.

Monténégro : Azra Jasavić, député, PCG.

Pays-Bas : Linda Voortman, députée, Gauche Verte.

Norvège : Rasmus Hansson, député, porte-parole national du Parti de l'environnement – Les Verts, Parti de l'environnement – Les Verts.

Pologne : Jan Klawiter, député, Droit et Justice ; Marcin Święcicki, député, ancien ministre des relations économiques internationales, PO.

Espagne : Carles Mulet García, sénateur, CC.

Suède : Said Abdu, député, Libéral ; Birgitta Ohlsson, députée, ancienne ministre des Affaires de l'Union Européenne, Libéral (Suède).

Suisse : Laurence Fehlmann Rielle, députée au Conseil National, PSS.

Turquie : Garo Paylan, député, HDP.

Ukraine : Hanna Hopko, députée, présidente du Comité parlementaire des Affaires étrangères, Indépendant.

Royaume-Uni : Rt Hon Hilary Benn, député, secrétaire aux affaires étrangères de l’opposition, Labour ; Tom Brake, député, porte-parole des Affaires Etrangères, Whip en chef du Parti Lib Dems, Lib Dems ; Ruth Cadbury, députée, Labour ; Rt Hon Frank Field, député, Labour ; Clive Lewis, député, Labour ; John McNally, député, SNP ; Rt Hon Andrew Mitchell, député, Conservative ; Steve Rotheram, député, secrétaire privé parlementaire pour le leader de l’Opposition, Labour ; Tommy Sheppard, député, porte-parole du Parti National Eécossais au Parlement, SNP ; Michelle R. Thomson, députée, Indépendant.

Groupes parlementaires européens :ADLE - Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe ; PPE - Parti Populaire Européen (Démocrates Chrétiens) ; Verts/ALE - Les Verts/Alliance Libre Européenne ; GUE/NGL - Groupe confédéral de la Gauche Unitaire Européenne / Gauche Verte Nordique ; S&D - Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen ; CRE - Conservateurs et Réformistes Européens ; National MPs political parties ; Bündnis '90/Die Grünen – Alliance '90/Les Verts (Allemagne) ; CC – Coalition Engagement (Espagne) ; Conservative – Parti Conservateur (Royaume-Uni) ; EELV – Europe Ecologie – Les Verts (France) ; FI-PdL – Forza Italia – Le Peuple de Liberté (Italie) ; F13 – La Force du 13 (France) ; Gauche Verte (Pays-Bas) ; GDDG – Rêve Géorgien – Géorgie Démocratique (Géorgie) ; HDP – Parti Démocratique des Peuples (Turquie) ; L – Libéraux (Suède) ; Labour – Parti Travailliste (Royaume-Uni) ; Les Verts-Alternative Verte (Autriche) ; Lib Dems – Libéraux Démocrates (Royaume-Uni) ; LR – Les Républicains (France) ; LSDR – Party Social-Démocrate de Lituanie (Lituanie) ; NC – Nouveau Centre (France) ; NS/HC – Notre Parti (Bosnie-Herzégovine) ; Parti de l'environnement – Les Verts (Norvège) ; PASOK – Mouvement Socialiste Panhéllénique (Grèce) ; PATT – Parti Autonomiste Trentin et Tyrolien (Italie) ; PBPA – Alliance Le Peuple avant le Profit (Ireland) ; PCG – Monténégro Positif (Monténégro) ; PD – Parti Démocratique (Italie) ; PiS – Droit et Justice (Pologne) ; PO – Plateforme Civique (Pologne) ; POSL – Parti Ouvrier Socialiste Luxembourgeois (Luxembourg) ; PRG – Parti Radical de Gauche (France) ; PS – Parti Socialiste (France) ; PSG – Parti Socialiste de Guyane (France) ; PSS – Parti Socialiste Suisse (Suisse) ; SDA – Parti d’Action Démocratique (Bosnie-Herzégovine) ; SDSS – Parti Démocratique Indépendant Serbe (Croatie) ; SDP – Parti Social-Démocrate de Finlande (Finlande) ; SEL – Gauche Ecologie Liberté (Italie) ; SF – Sinn Féin (Irlande) ; SNP – Parti National Ecossais (Royaume-Uni) ; SPD – Parti Social-Démocrate (Allemagne) ; SPÖ – Parti Social-Démocrate (Autriche) ; UDI – Union des Démocrates et des Indépendants (France) ; VAS – Alliance de Gauche (Finlande) ; VMRO-DPMNE – Organisation Macédonienne Interne Révolutionnaire – Parti Démocratique pour l’Union Nationale Macédonienne (Macédoine).

www.egam.eu

 

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La UneLe fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une