Le coiffeur personnel de François Hollande émarge à 9.895 euros par mois

L’information aurait dû rester confidentielle.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

C’est un contrat de travail qui aurait dû rester couvert par « le secret le plus absolu » (c’est écrit dedans...). Manqué : Le Canard Enchaîné, dans son édition du 13 juillet, publie le contrat à durée déterminée d’Olivier B.

Un contrat qui, étrangement, ne qualifie pas les missions du salarié. Olivier B. est en fait le coiffeur personnel du président de la République française. Il bichonne les mèches de François Hollande depuis le 16 mai 2012 et, pour de dur labeur, il est rémunéré 9.895 euros brut mensuels, « sans compter d’éventuelles ‘indemnités de résidence’ et autres ‘avantages familiaux’ » précise le « Volatile ». 593.700 euros de rémunération brute cumulée sur cinq ans… la somme a de quoi étonner n’importe quel citoyen qui pensait élire « un président normal ».

Mission secrète

Le contrat de travail de l’artiste capillaire de 46 ans ne spécifiait pas ses missions. « L’agent contractuel » a signé : promis juré, « il s’engage à observer, pendant et après l’expiration de son contrat, le secret le plus absolu sur les travaux qu’il aura effectués ou les renseignements qu’il aura recueillis. » C’est ce qu’on appelle couper les cheveux en quatre ! Le journal satirique se gausse : « Les ‘travaux effectués’ ? Des extensions miracles ? La formule magique de la teinture aile de corbeau du Président ? »

Si l’information ultra-sensible a fuité, c’est qu’Olivier B. a produit son contrat de travail devant un tribunal, alors qu’il attaquait le site people Closer, qui évoquait son métier dans un article. Par capillarité, si l’on ose dire, ledit contrat se retrouve aujourd’hui dans le Canard Enchaîné.

Disponible 24h/24

L’avocate du coiffeur du Président défend son client. Sarah Levy explique : premio, Olivier B. a dû « brader » son salon de coiffure pour se consacrer à la chevelure présidentielle. Secundo, « il est à la disposition du Président 24 heures sur 24…  »

Ce n’est pas la première fois que le train de vie du palais de l’Elysée fait la une des journaux. En avril 2014, Mediapart avait révélé que le conseiller et grand manitou de la communication du président, Aquilino Morelle, se faisait cirer les chaussures au Palais. Au frais du contribuable. M. Morelle avait été renvoyé sur le champ.

L’information sur les émoluments du coiffeur élyséen ne va pas ravir François Hollande, qui travaille déjà à sa campagne en vue d’une possible réélection en 2017. Reste à savoir si, réélu, le président reconduirait pour cinq ans le CDD de son coiffeur.

À lire aussi COMMENTAIRE | Hollande, un président déconnecté et sans autorité À lire aussi A un an de la présidentielle française, les sondages se sont souvent trompés

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une