Turquie: Erdogan évoque un rétablissement de la peine de mort contre les putschistes

Le président Recep Tayyip Erdogan a évoqué dimanche soir un possible rétablissement en Turquie de la peine capitale, officiellement abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d’adhésion d’Ankara à l’Union européenne, afin de lutter contre le «virus» factieux.

«En tant que gouvernement et en tant qu’Etat, nous connaissons et entendons cette demande qui est la vôtre. Nous ne pouvons pas ignorer votre demande», a répondu le chef de l’Etat à des sympathisants qui réclamaient l’exécution des putschistes.

«Je pense que notre gouvernement va en discuter avec l’opposition et qu’une décision sera sans aucun doute prise», a-t-il ajouté dans un discours à Istanbul. Il répondait à une foule qui scandait «Nous voulons la peine de mort», après des obsèques de victimes du putsch raté de la nuit de vendredi à samedi, sur la rive asiatique d’Istanbul.

Contraire aux critères d’adhésion à l’UE

«En démocratie, la décision, c’est ce que veut le peuple», a ajouté le chef de l’Etat turc. «Nous ne pouvons pas trop retarder cette décision car dans ce pays ceux qui mènent un coup contre l’Etat sont dans l’obligation d’en payer le prix».

Un rétablissement de la peine de mort en Turquie serait contraire aux critères d’adhésion d’Ankara à l’UE. Les discussions entre Ankara et Bruxelles sur une adhésion sont enlisées depuis des années.