S'identifier S'abonner

Comment un étudiant iranien de l’UGent a semé la panique à Bruxelles

L’université parle d’un «malheureux concours de circonstances». L’homme portait une veste suspecte et faisait des recherches sur les ondes et radiations dans le centre de la capitale.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Le «suspect» qui a déclenché mercredi la mobilisation massive des forces de l’ordre dans le centre de Bruxelles pendant cinq heures était en fait un jeune homme qui «étudiait les ondes et les radiations» dans la capitale belge, selon la police.

Dans la soirée, l’université de Gand a expliqué que le jeune homme était en fait un doctorant de nationalité iranienne inscrit dans sa faculté des Sciences et que l’incident était notamment dû à un «problème de langue», le jeune homme ne parlant ni le français, ni le néerlandais, bien qu’il s’exprime couramment en anglais. Evoquant un «malheureux concours de circonstances», un porte-parole de l’université a précisé que l’homme participait à «une importante recherche autour des radiations, visant notamment à comparer les radiations en ville et à la campagne».

En principe, les mesures sont effectuées à l’aide d’un instrument porté sur la hanche, a dit le porte-parole. «Mais, dans ce cas, les relevés sont perturbés par le corps humain. C’est pourquoi l’homme travaillait avec un prototype d’instrument de mesure qui permet d’éviter cette perturbation. Cet instrument prend la forme d’une espèce de veste renfermant des câbles et des batteries».

Craintes de présence d’explosifs

Alors que le niveau général de la menace au niveau 3, son comportement avait été jugé suspect, en début d’après-midi, par un vigile, qui avait déclaré à la police avoir aperçu une «personne, avec un manteau long et des fils qui dépassent» dans le quartier de l’Opéra royal de la Monnaie, en plein coeur de la capitale belge. L’homme a été mis en joue par des policiers locaux, qui ont appelé en renfort les forces spéciales d’intervention, pendant que le quartier était bouclé et que les commerces et une bibliothèque publique étaient évacués.

Ensuite, «lorsque le robot des services de déminage est allé voir sur place, (il) a constaté des faits assez troublants et très inquiétants», qui faisaient craindre qu’«il avait sur lui des explosifs», a raconté à la presse l’un des porte-parole de la police bruxelloise, Christian De Coninck

En outre, le jeune homme a eu un comportement «très passif, très suspect» face aux policiers, a ajouté le porte-parole. Selon son université, il disposait pourtant d’un document attestant de ses recherches, qui n’a toutefois pas permis de clarifier rapidement la situation.

Plainte de la police

En fin de journée, après l’avoir interpellé, la police a expliqué avoir constaté qu’il s’agissait d’un «étudiant qui allait faire des études sur les ondes et les radiations à Bruxelles». Face à son attitude jugée peu coopérative, la police a «décidé de se porter partie civile pour récupérer les frais engendrés par l’opération», a révélé M. De Coninck.

S’il est reconnu coupable d’une infraction, la facture devrait être élevée pour l’étudiant, puisque pendant cinq heures ce sont de nombreux policiers locaux et fédéraux, des démineurs et des membres des services de secours qui ont été mobilisés.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP