Attaque à Charleroi: l’auteur algérien était en séjour illégal depuis 2012

Il n’aurait pas été enfermé dans un centre de détention à cause du manque de places.

Temps de lecture: 3 min

Ce samedi, deux policières ont été blessées à la machette dans le centre de Charleroi par un individu criant « Allahu Akbar ». L’auteur de l’attaque a été identifié, a indiqué le parquet fédéral dans un communiqué ce dimanche.

A lire : Attaque à la machette à Charleroi: l’auteur n’était pas connu du renseignement

Un homme connu de la police

Il s’agit de K. B., un Algérien de 33 ans qui séjournait en Belgique depuis 2012. L’homme est connu de la police pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme, précise le parquet. Selon VTM, l’homme était illégal depuis 2012. Il n’aurait pas été enfermé dans un centre de détention à cause du manque de places. La priorité étant donnée aux illégaux qui ont commis des faits graves. Son pays d’origine, l’Algérie, n’a pas accepté son retour.

Les deux policières plongées dans un coma artificiel

Les deux policières agressées à la machette samedi devant l’hôtel de police de Charleroi sont actuellement plongées dans un coma artificiel. On apprend que la plus grièvement touchée a eu le temps de tirer à deux reprises sur l’auteur. Sa collègue, également atteinte au visage, sera réopérée ce dimanche.

De source proche de l’enquête, on sait à présent que l’auteur de l’agression à la machette survenue samedi sur le parvis de l’hôtel de police de Charleroi a été blessé par balle à deux reprises par Hakima, la première policière qu’il a sévèrement blessée au visage.

L’assaillant est décédé à l’hôpital

L’homme était entré dans le checkpoint et a immédiatement sorti une machette de son sac à dos pour agresser les inspectrices en faction. Il a crié «Allahu Akbar» avant de frapper la première policière au visage. Il a également blessé sa collègue Corinne à la mâchoire et au cou avant d’être abattu par une troisième inspectrice. L’assaillant est décédé à l’hôpital.

Les deux policières ont été transférées à l’hôpital Notre-Dame de Charleroi où elles ont été opérées immédiatement. Elles sont actuellement plongées dans un coma artificiel. Plus grièvement atteinte, Hakima devra subir d’importantes interventions de chirurgie faciale réparatrice. Corinne sera quant à elle réopérée durant les prochaines heures. Il semble en effet que des nerfs ont été touchés lors de l’agression et que sa mâchoire soit toujours immobilisée.

Le premier ministre Charles Michel et le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette se rendront au chevet des victimes à 16h30 avant de regagner l’hôtel de police à 17h00 pour un point presse.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une