Attaque à Charleroi: les deux policières ont été sorties du coma (vidéo)

Les deux policières qui ont subi une agression à la machette, samedi devant l’hôtel de police de Charleroi, ont été sorties du coma artificiel dans lequel elles avaient été plongées. La plus grièvement blessée devra subir plusieurs interventions de chirurgie faciale. Sa collègue sera quant à elle transférée dans un hôpital spécialisé pour être opérée à nouveau.

► À lire : Paul Magnette sur l’attaque à Charleroi : « Les policières ont sauvé de nombreuses vies »

Un coma artificiel

L’état de santé des deux victimes de l’agression à la machette est désormais stable, a-t-on appris de source policière. Opérées toutes les deux en urgence lors de leur admission à l’hôpital Notre-Dame de Charleroi, elles ont été plongées dans un coma artificiel duquel elles sont à présent sorties.

Hakima, la plus sévèrement touchée par un coup de machette qui lui a fendu le visage, devra subir plusieurs opérations de chirurgie faciale. Elle a été prise en charge par les meilleurs spécialistes du pays. Corinne, qui souffre de blessures au cou et à la mâchoire, devra être transférée dans un hôpital spécialisé afin d’y subir une deuxième opération.

Voir la vidéo sur mobile

► À lire : Attaque à Charleroi : l’auteur algérien n’a pas respecté deux ordres de quitter le pays

En séjour illégal depuis 2012

L’homme qui agressé les deux policières, un certain K. B., séjournait en Belgique depuis 2012. L’homme était connu de la police pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme, a précisé le parquet. Selon VTM, l’homme était illégal depuis 2012. Il n’aurait pas été enfermé dans un centre de détention à cause du manque de places. La priorité étant donné aux illégaux qui ont commis des faits graves. Son pays d’origine, l’Algérie, n’a pas accepté son retour. Cette information a été confirmée par le cabinet du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken.