Attaque à Charleroi: les policiers, inquiets, veulent être mieux protégés

Deux policières ont été blessées par une machette à Charleroi ce samedi. Cette attaque pose la question de la sécurité dont doit bénéficier la police. Le niveau de menace pour les commissariats reste au niveau 2 même si des mesures additionnelles ont été décidées. «  Un niveau 2 +  », a indiqué Charles Michel. Les syndicats de police sont inquiets et demandent davantage de mesures de sécurité.

A lire : Attaque à la machette à Charleroi: l’agresseur s’appelle Khaled Babbouri

Port d’armes permanent

Ils estiment également être victimes de «  mépris » du gouvernement. La remise en cause de leur régime de pension, de leur système de primes s’ajoute aux préoccupations de sécurité qui leur font notamment revendiquer l’autorisation d’un port d’armes permanent. Vincent Gilles, vice-président du SLFP Police, a en effet demandé suite à l’agression de véritables mesures de sécurité pour les policiers, quoi qu’il en coûte comme argent. Il demande également un port d’armes constant.

Par ailleurs, Vincent Gilles, le président du SLFP-police, a rappelé que la police était en déficit de plus de 3.700 équivalents temps plein.