«La Suède pays du viol» : le bandeau qui choque à l’aéroport d’Istanbul

Le bandeau publicitaire a provoqué des tensions diplomatiques entre la Turquie et la Suède.

Temps de lecture: 3 min

A l’aéroport international d’Istanbul, un bandeau publicitaire sur écran proclame: «la Suède pays du viol», en écho visiblement aux critiques de ce pays sur la législation en matière d’abus sexuels en Turquie qui ont provoqué une polémique diplomatique, ont constaté vendredi des journalistes de l’AFP.

Sur le bandeau d’information situé dans la salle de départs de l’aéroport Atatürk, les passagers peuvent lire en turc et en anglais: «Avertissement aux voyageurs! Saviez-vous que la Suède a le taux de viol le plus élevé du monde?».

Une compagnie privée

La publicité présente aussi la Une du journal progouvernemental Günes qui titre: «La Suède pays du viol». Ces annonces publicitaires sont gérées par une compagnie privée, a rapporté l’agence pro-gouvernementale Anadolu.

L’ambassade de Suède à Ankara a réagi «aux idées fausses sur les statistiques de viol» indiquant sur son site internet que «comparer les viols signalés en Suède aux viols signalés dans d’autres pays ayant des systèmes juridiques et statistiques différents, ne décrit pas correctement la réalité. » La Suède a une définition large « des délits qui sont considérés comme un viol », souligne l’ambassade.

Publicité pour le journal Günes ?

Alors que le panneau antisuédois commençait à générer de nombreux messages sur Twitter, un responsable turc a tenu, sous couvert de l’anonymat, à faire une mise au point: «pour éviter toute confusion sur ‘’l’avertissement aux voyageurs’’ à l’aéroport d’Istanbul, il s’agit d’une publicité pour le journal Günes et non d’une annonce officielle ».

Certains messages sur Twitter approuvaient la proclamation du bandeau. Mais dans un tweet, une Turque, Cerena, s’en prenait à la «propagande contre la Suède », ajoutant : « Soyez certains qu’il y a bien plus de cas de viols en Turquie qu’en Suède ».

Remous entre la Turquie et la Suède

La Turquie a protesté la semaine dernière au sujet d’un bandeau identique dans l’aéroport de Vienne affirmant que « la Turquie autorise les relations sexuelles avec des enfants de moins de 15 ans ».

Cette affaire a ensuite provoqué des remous entre la Turquie et la Suède. Le Premier ministre suédois Stefan Löfven et la ministre des Affaires étrangères Margot Wallström ont émis des critiques qui ont été rejetées avec véhémence par Ankara.

La Cour constitutionnelle turque s’est prononcée en juillet en faveur du retrait d’une disposition du code pénal qui caractérise tout acte sexuel avec un enfant de moins de 15 ans comme un »abus sexuel«.

Le gouvernement turc se dit déterminé à combattre les abus sexuels à l’encontre des enfants, l’âge légal du consentement à des relations sexuelles en Turquie restant fixé à 18 ans.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une