Enghien: une seconde famille pour les musiciens

Depuis bientôt un quart de siècle, Georges Corbisier (80 ans) et son épouse Marie-Madeleine (79 ans) accueillent chaque été, dans leur propriété enghiennoise, de jeunes prodiges de la musique classique fréquentant les Master classes programmées au château du parc communal durant la seconde quinzaine d’août.

Après avoir logé des étudiants de diverses nationalités (France, Portugal, Angleterre, USA, etc.), ce sympathique couple de mélomanes offre pour quelques jours encore le gîte et le couvert à Aleksandra Lelek, une jeune violoncelliste polonaise de 25 ans. Celle-ci loge chez l’habitant avec sa compatriote Natalia Kotarba (26 ans) dont le violon est l’instrument à cordes de prédilection.

« Nous avons mis à leur disposition une chambre mais aussi une autre pièce où elles peuvent répéter en toute tranquillité avant de se rendre aux cours dispensés par d’éminents professeurs au cœur du domaine d’Arenberg tout proche », confie Georges Corbisier.

C’est déjà la troisième fois que la talentueuse Aleksandra Lelek séjourne chez cette famille d’accueil qui ne tarit pas d’éloges à son égard. « Aleksandra est promise à une belle carrière internationale. Elle a le niveau du Concours Reine Elisabeth où je la vois participer et briller dans les années à venir » , poursuit Georges Corbisier.

Au fil des éditions, le couple a tissé des liens d’amitié avec Aleksandra qui puise son inspiration dans le répertoire de Schumann, de Brahms, de Schubert ou encore de Penderecki : « Le fait que notre belle-fille soit également originaire de Pologne lui permet ainsi qu’à son amie de parler leur langue natale. »

Par le passé, la famille Corbisier a hébergé d’autres étudiants surdoués qui, depuis lors, ont réussi à percer. Georges et Marie-Madeleine continuent d’ailleurs à suivre leur parcours aux quatre coins du monde.

Parmi eux, le violoniste français Nicolas Dautricourt et le chanteur baryton Sébastien Soulez qu’ils sont allés applaudir dans Les Noces de Figaro, à Salzbourg (Autriche), à l’occasion du 250e anniversaire de l’anniversaire de Mozart, le génial compositeur et créateur de ce célèbre opéra.

« Quand ils repartent, nous continuons à correspondre avec les étudiant(e)s même s’ils ont très occupé(e)s et habité(e)s par leur métier très exigeant auquel ils se consacrent à 200 %. »