Woluwe-Saint-Pierre: bain de jouvence pour Sportcity

Pour l’heure, à moins d’être d’humeur pingouin, on n’y glisserait pas un orteil. C’est que la cuve est encore en phase de remplissage et l’eau, du coup, se fait des plus glaçantes. Pourtant, une fois la chaudière relancée, il fera très certainement bon se baigner dans les flots de la piscine olympique du complexe Sportcity, à Woluwe-Saint-Pierre. Et c’est à l’extérieur, cette fois sous un soleil de plomb, que le bourgmestre Benoît Cerexhe (CDH) a fait le topo des travaux de rénovation menés depuis le 28 juin et qui se termineront dans les jours à venir avant la réouverture prévue, le 5 septembre prochain. « Nous avons la chance d’accueillir une trentaine de disciplines différentes au sein du centre sportif qui est donc un des plus importants, sinon le plus important, complexes multisports en région bruxelloise », a-t-il posé en guise de préambule avant de plonger dans le vif du sujet. « Nous avons profité de la fermeture décennale obligatoire en vue de changer le système de filtration d’eau pour effectuer une série d’investissements et améliorer le confort de nos utilisateurs. La rénovation de notre piscine a représenté un énorme chantier sachant que 400.000 personnes la fréquentent chaque année. » Dont deux athlètes qui reviennent de Rio : la triathlète Claire Michel et le nageur François Heersbrandt (il est membre du club mais réside en Italie, NDLR), a souligné l’élu CDH. « Ce qui est très bien pour l’image du centre et pour l’attractivité envers la jeunesse. »

Parmi les nageurs aussi, des mômes de pas moins de 55 écoles. « Nous ne voulions pas d’une interruption pour les établissements scolaires et c’est pourquoi nous avons pris la décision de terminer les travaux pour la rentrée, ce qui représente un énorme effort de coordination sachant que 12 sociétés sont intervenues simultanément. »

Passage en revue des principaux axes de la rénovation.

Economie d’énergie. « C’est un des fils conducteurs de notre majorité, nous travaillons sur ce volet lors de chaque intervention dans nos bâtiments. Et, ici, chauffer une piscine, ce n’est pas rien. » Des panneaux photovoltaïques ont été installés sur la toiture du hall omnisports. « Ils viennent compléter un dispositif existant qui permettait déjà de produire de l’électricité verte à travers notre système de cogénération lancé en 2009. Les nouveaux panneaux offrent une production complémentaire de 12 % d’électricité verte. » Qui se rajoutent aux 47 % produits auparavant. Un investissement de 331.000 euros supportés par la commune qui pourra à la fois se rembourser via les certificats verts durant dix ans et sur la revente du surplus d’électricité aux fournisseurs. Un système de traitement d’eau par UV permet par ailleurs de réaliser des économies substantielles en termes de consommation. « Il permet de détruire les bactéries sans devoir ajouter de l’eau. »

Le système anti-noyade. « Je ne veux pas prendre le moindre risque en la matière. Nous avions un système de détection anti-noyade qui fonctionnait cahin-caha. Nous avons donc équipé la piscine du système Poséidon muni de caméras sous-marines et aériennes qui a fait ses preuves dans une série d’autres infrastructures bruxelloises. » Un investissement de 165.000 euros dont 60 % subventionnés par la Région. « Avec laquelle nous avons d’excellentes relations en matière sportive. »

Baby pool. Le bassin des tout petits a fait peau neuve. « Nous avons considérablement agrandi l’espace baby pool. L’espace a triplé passant 3 à 10 m3. Il est important pour nous de pouvoir donner le goût de l’eau et de la natation aux plus jeunes. » Dont coût, 200.000 euros, dont 60 % subventionnés par la Région.

Confort. Les 60 cabines individuelles et les 425 casiers ont été remplacés. « On en a profité pour installer une cabine PMR familiale. » Un investissement de 165.000 euros avec, là encore, un subside régional de 60 %.

Tarifs. Changements en vue au niveau de la grille tarifaire. « Qui n’avait plus évolué depuis 2008 », souligne le mayeur. Au menu, l’introduction d’un tarif différencié entre les habitants de la commune et les autres, hormis pour les personnes à mobilité réduite. Les extérieurs devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 4 euros contre 3,50 pour les locaux et les PMR. Les juniors locaux voient le prix diminuer à 2,20 euros contre 3 auparavant, tout comme les étudiants (de 2,70 à 2,50 euros aujourd’hui). Et si le carnet de cent entrées passe de 202 à 250 euros pour les sociétés, celui des clubs de natation et de plongée ne bouge pas, tout comme l’abonnement scolaire. « Nous avons décidé de favoriser légèrement l’habitant de Woluwe-Saint-Pierre car c’est lui qui contribue de par ses impôts à l’entretien et au fonctionnement de la piscine », conclut Benoît Cerexhe.