Un loup aurait été aperçu aux Pays-Bas

Un loup aurait été repéré près de la frontière allemande. L’analyse de l’ADN contenu dans ses crottes permettra d’en avoir la certitude. En Belgique, rien à signaler encore.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Un an après une première observation, un loup aurait de nouveau été aperçu aux Pays-Bas, dans le village de Beuningen près d’Enschede, non loin de la frontière avec l’Allemagne. Selon les experts, il pourrait s’agir d’une louve dont le territoire se trouve à Nordhorn, à cheval sur les Pays-Bas et sa voisine.

Analyse ADN de ses crottes

Des photos de l’animal ont été prises samedi par un habitant de la région. « Très probablement un loup » », explique un spécialiste de l’administration néerlandaise des eaux et forêts à la chaîne de télévision NOS. Mieux, le loup a été surpris en train de déféquer. C’est ce qui permettra de l’identifier à coup sûr – la confusion avec certains grands chiens originaires des pays de l’Est étant fréquente.

L’ADN contenu dans les crottes apportera la preuve ultime de la nature de l’animal. Celui récupéré samedi ne contenait aucun ossement se sont étonnés les experts néerlandais. Selon eux, le loup est une espèce opportuniste qui a pu se nourrir d’autres aliments que de proies en chair et en os.

L’an dernier, un loup avait été observé dans le village de Kolham, près de Groningue. Il avait été retrouvé mort en Allemagne, écrasé par une voiture, indique la NOS. Le dernier signalement avec certitude de la présence d’un loup chez nos voisins du Nord date d’il y a plus d’un siècle.

Belgique, une question de temps

Beuningen est à environ 300 kilomètres à vol d’oiseau de la frontière belge. Peu de chance de voir l’apôtre sous nos latitudes de sitôt. En Belgique cependant, on a aussi cru apercevoir un loup à l’été 2011, près de Gedinne. Selon les experts, le retour du grand canidé n’est chez nous qu’une question de temps. On estime plausible que des loups issus de meutes établies en France (Vosges, Meuse) fassent des incursions périodiques au sud de notre pays. L’animal est cependant toujours dans la catégorie des espèces wallonnes « à confirmer ». La seule photo, prise de nuit en 2011, ne s’est pas avérée probante. Aucune trace (poils, crottes) n’a été retrouvée, qui aurait permis une confirmation au moyen d’une analyse ADN. Et même s’il s’agissait d’un loup, il a pu s’être échappé d’un parc animalier. Il est donc toujours classé dans les « espèces indigènes éteintes ».

Voir la carte sur mobile

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une