S'identifier S'abonner

Kitir sur le dérapage raciste: «Je n’ai aucun intérêt à inventer cette histoire»

En plein débat sur Caterpillar, le député fédéral Luk Van Biesen (VLD) est accusé d’avoir lancé une remarque raciste à l’adresse de Meryame Kitir (SP.A).

Chef du service Politique

Par Bernard Demonty

Temps de lecture: 3 min

Au plus fort du débat ayant trait à Caterpillar à la Chambre, le député fédéral Luk Van Biesen (VLD) a-t-il lancé à l’adresse Meryame Kitir (SP.A) : «Si tu n’es pas contente, retourne au Maroc»? Plusieurs collègues à la Chambre soutiennent que le libéral flamand a eu ce propos. En tout cas, l’indignation a gagné l’hémicycle.

► Lire aussi : « Retourne au Maroc ! » : vif incident à la Chambre

Interrogé par nos soins, Siegfried Bracke, le président de la Chambre, est revenu sur l’incident cet après-midi en séance plénière : « Personnellement, je n’ai pas entendu les propos qui sont incriminés, et qui seraient ceux de Luk Van Biesen. […] J’ai dit alors que si c’était vrai, c’était indécent, et j’ai demandé à la personne concernée de s’excuser dans ce cas. Ce que M. Van Biesen a fait, vous l’aurez constaté, soutenant cependant qu’il a été mal compris ».

Nous avons joint Meryame Kitir, cheffe de groupe SP.A à la Chambre.

Racontez-nous les faits.

Je pose une question au Premier ministre. Cela concernait la vague de licenciements [chez Caterpillar]. Je donne ensuite ma réplique au Premier ministre que pour engager les personnes licenciées, il faut des employeurs pour les recruter. L’incident est clos. Je regagne ma place et Van Biesen me dit « Alors retourne au Maroc. » Je me retourne pour voir si c’est bien à moi qu’il s’adresse et c’est le cas. Je lui dis immédiatement que c’est intolérable et que je ne peux pas entendre cela ici.

Il prétend qu’il n’a pas dit cela.

Effectivement, il a donné une version alambiquée au Parlement. Il a dit que ces personnes licenciées avaient du talent et pouvaient être réembauchées quelle que soit leur origine. Mais c’est vraiment étrange qu’il vienne avec cela sachant que, dans ma question, je n’ai jamais parlé d’origine.

Vous pensez qu’il ment ?

Je peux vous affirmer qu’il ma dit « Rentre dans ton pays ». Et je n’ai aucun intérêt à inventer quoi que ce soit. C’est vraiment terrible qu’il ait dit cela au Parlement. Cela dépasse les limites de la liberté d’expression. Et en plus il nie les faits. C’est doublement grave.

Que réclamez-vous ?

J’ai demandé une entrevue avec le président de la Chambre. J’attends une condamnation ferme. Je sais qu’il n’y a pas d’enregistrement audio, mais il suffit de regarder les images pour voir qu’il s’est passé quelque chose de grave. Non, ce genre d’humiliations vulgaires ne se produit pas qu’à la chambre. Elles se répandent partout, y compris à la Chambre. Et ici, comme ailleurs, il faut émettre les condamnations les plus fermes. C’est que j'attends du président de la Chambre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP