Accueil

Les 24h vélo de Louvain-la-Neuve sont annulées

Le coût des mesures de sécurité imposées par le niveau de la menace terroriste oblige les étudiants louvanistes à renoncer à l’organisation des 24h vélo.

Temps de lecture: 3 min

La quarantième édition des 24h vélo de Louvain-la-Neuve n’aura pas lieu. Les exigences liées à la sécurité et leur coût ont été fatals à cet événement culte du folklore estudiantin. L’information a été confirmée au Soir ce jeudi par le bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve Jean-Luc Roland.

La charge financière représentée par le financement des normes de sécurité antiterroristes justifie cette mise en retrait. C’est ce que l’on apprenait de différentes sources.

Une circulaire du ministère de l’Intérieur relative à la sécurité des festivals et des grands événements populaires oblige désormais les organisateurs à circonscrire les lieux de festivités par des barrières et à contrôler l’accès aux entrées (double contrôle, tickets puis fouilles de sacs et palpations). Les 24h vélo se déroulant habituellement dans toute la ville, appliquer ces mesures à la lettre aurait nécessité une débauche de matériel et de personnel. Dans un premier temps, la décision a donc été prise de limiter l’événement à trois zones de concerts et d’animation.

Des dépenses trop importantes

Mais procéder à de telles limitations n’a pas suffi. Les dépenses liées à la sécurité de l’événement atteindraient une somme cinq fois plus élevée qu’en 2015. Fixées à deux euros, les entrées payantes exceptionnellement imposées aux fêtards cette année auraient été insuffisantes pour éponger la lourde facture. Les autorités policières avaient de surcroît fixé à 30 000 personnes maximum la fréquentation des 24h vélo qui ont réuni jusqu’à 50 000 amoureux du folklore estudiantin par le passé.

...et des nuisances sonores

La deuxième cause de cette annulation tient au fait que les trois zones d’animation prévues par l’organisateur estudiantin (Centre sportif étudiant, CSE), en accord avec la police et les pompiers (parking Leclercq, Place des Sciences et parking de l’Aula Magna à côté du lac), n’ont pas reçu l’aval de la commune d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. La commune refuse en effet la possibilité d’une animation sur le parking de l’Aula Magna. La raison invoquée par le bourgmestre Jean-Luc Roland (Ecolo) est la possible nuisance sonore pour les riverains des alentours.

«Nous sommes toujours en niveau 3»

Celui-ci confirme : « Nous sommes toujours en niveau 3 et la police se doit de faire respecter la circulaire fédérale de mai.Ceci implique de restreindre les zones prévues pour les concerts. Nous avons étudié la possibilité d’en prévoir trois. Deux zones, importantes, de 20.000 m2, dont capable d’accueillir 20.000 personnes, avaient été accordées au parking Leclercq et place des sciences. Restait à définir la troisième. Les étudiants avaient une préférence pour l’espace derrière la grande Aula, mais les sons allaient vite se répercuter vers les habitations autour du lac. Si on veut dégoûter les habitants, on ne peut pas mieux s’y prendre. La solution de la Grand-Place imposait, elle, de vider tous les parkings situés en dessous. On pouvait aussi choisir la place Sainte-Barbe. »

Jean-Luc Roland s’abstient par ailleurs de commenter le financement des 24h vélo par le CSE : « Je ne peux pas préciser leur seuil de rentabilité, mais on m’explique que faire payer cinq euros l’entrée n’aurait jamais entraîné l’adhésion des participants. Je respecte donc la décision d’annulation, même si je la regrette. C’est une part du folklore qui va nous manquer. »

À lire aussi Crise de l’asile et anti-terrorisme: un surcoût proche du milliard en 2016

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une