Grand baromètre: hausse spectaculaire du PTB, 3e parti francophone

Bruxelles : le PTB devant Défi et Ecolo

La percée du PTB est particulièrement spectaculaire à Bruxelles. Le parti atteint 11,2 % des intentions de vote et se paye le luxe de dépasser deux partis d’un coup, Défi et Ecolo. Ces deux partis sont pourtant en progression, de 0,9 % pour les verts et de 0,2 % pour les fédéralistes. Relevons que le sondage a été effectué juste après l’annonce de la fermeture de Caterpillar. C’est le Parti socialiste qui paye la facture dans la capitale. Il passe de 17,7 % lors de notre précédent sondage, du mois de mai, à 15,5 %. Rappelons qu’aux élections de 2014, le PS plafonnait à 24,9 % dans la capitale. La chute du PS renforce la position du MR en tant que premier parti de Bruxelles. Les bleus se positionnent à 20,3 % des intentions de vote, contre 19,7 % lors du précédent sondage. En bas du classement, on trouve le CDH, qui passe de 7,7 à 7,8 %.

Au classement des personnalités les plus populaires à Bruxelles, c’est toujours Maggie De Block qui domine. Mais il y a du changement à la deuxième place, Charles Michel s’y invite, gagnant trois places au classement. Il détrône ainsi Didier Reynders, qui prend la troisième place. Trois libéraux dominent donc désormais le classement bruxellois.

Wallonie : le PTB continue à affaiblir le PS

Les tendances de Bruxelles sont également perceptibles en Wallonie. Le PTB y poursuit son ascension. Le parti d’extrême gauche passe de 13,5 à 16,3 % d’un coup. Ici aussi, le PS baisse. Le Parti socialiste passe de 25,8 à 24,7 %. Et comme à Bruxelles, le MR tire son épingle du jeu, il progresse de 2,1 % et atteint 22,3 % soit son plus haut score depuis notre sondage de l’automne 2015. Mais contrairement à Bruxelles, les autres formations de type traditionnel boivent également la tasse, et davantage que le PS. Ainsi, le CDH chute à 9,8 % (- 2,2 %) et Ecolo perd 2,6 % pour s’établir à 7,5 %.

On notera une poussée de La Droite, le parti d’extrême droite, qui monte à 4,3 % (+ 2,4 %). Et si l’on additionne les scores de la Droite et du Parti populaire, on arrive à 10,3 %…

Sur le podium, en revanche, les personnalités socialistes évitent la casse. Elio Di Rupo garde sa place de numéro deux, devant Paul Magnette. Et comme partout en Belgique, c’est Maggie de Block qui occupe la première place.

Flandre : remontée spectaculaire du CD&V

Côté flamand, la N-VA résorbe en partie la chute enregistrée lors du dernier sondage. Le parti nationaliste progresse et atteint les 25,9 % (+1,7 %). Il demeure largement le plus grand parti de Flandre. Mais son grand rival, le CD&V fait une percée remarquée. Il reprend la deuxième place au SP.A et passe de 13,8 % à 17,6 %. C’est la plus forte progression de notre sondage. Le phénomène pourrait s’expliquer par le discours sécuritaire de la N-VA ces derniers mois, qui a pu ramener des électeurs de la N-VA vers le CD&V. Le discours sécuritaire de la N-VA pourrait du reste avoir atteint son objectif d’affaiblir le Vlaams Belang. Le parti d’extrême droite baisse pour la première fois depuis les élections de 2014, de 13,9 % lors de notre sondage de mai à 12 %.

Les autres partis flamands sont également en recul, le SP.A (- 1,9 %) à 13,7 %, le VLD (- 0,7 %) à 12,5 %, Groen (-0,4 %) à 10,7 % et le PVDA (-0,9 %) à 3,9 %.

Sur le podium des personnalités, il n’y a pas de changement, Maggie De Block domine, devant le Premier ministre, Charles Michel et le président de la N-VA, Bart De Wever.