Elio Di Rupo plaide pour la semaine de quatre jours

Le président du Parti Socialiste Elio Di Rupo a plaidé dimanche pour l’insertion dans le droit belge d’une nouvelle forme d’entreprise : «  Une ’entreprise à codécision’ qui accorde autant de pouvoir aux travailleurs qu’aux actionnaires », a-t-il expliqué lors du congrès de rentrée du PS à Soignies.

« Alternative au capitalisme »

Ces entreprises seraient codirigées par un conseil d’administration et par un conseil des travailleurs. Toutes les décisions de la vie d’entreprise devraient obtenir l’aval de ces deux instances. «  Cette forme d’entreprise viendrait utilement compléter le panel de sociétés existant dans notre droit national. Le PS entend ainsi offrir une nouvelle alternative au capitalisme et à la vision ultralibérale de l’économie », a déclaré le président des socialistes.

Semaine de quatre jours

Ce dernier a également une nouvelle fois plaidé pour la réduction du temps de travail via la mise en place d’une «  semaine de travail de quatre jours, sans perte de salaire pour le travailleur, et avec embauche compensatoire ».

«  Avez-vous vu le tollé que cette proposition d’une semaine de quatre jours a suscité auprès des conservateurs de tous poils ? On se serait cru revenu un siècle en arrière ! », a scandé M. Di Rupo, avant d’affirmer que son parti démontrerait, là où il exerce les responsabilités, la pertinence et la viabilité de cette « idée d’avenir ».

La réduction du temps de travail a également été défendue lors de ce congrès par l’économiste français Pierre Larrouturou, qui a été fait membre d’honneur du Parti socialiste.

Sur le même sujet
Partis politiques