Mixité dans cours de gym à l’école: «Il n’y a rien sur la table du gouvernement»

Est-on devant une nouvelle petite idée qui va faire « pschiiit » ? La ministre en charge de l’Egalité des chances et des Droits des femmes à la Fédération Wallonie-Bruxelles a en tout cas eu son petit effet en annonçant mardi dans certains médias, en marge d’une mission en France sur le sujet, son intention de favoriser la mixité dans le sport à travers une politique et des cours de gymnastique adaptés. L’intention d’Isabelle Simonis est louable : pour la ministre socialiste, il s’agit ni plus ni moins d’accélérer l’égalité entre hommes et femmes, particulièrement à une époque où le repli communautaire fait florès.

De l’intention à la réalité des gymnases, il y a pourtant quelquefois un grand écart. C’est que Marie-Martine Schyns, la ministre CDH de l’Enseignement, a failli s’étrangler mardi en découvrant, par média interposé, la proposition de sa collègue. « Il n’y a rien sur la table du gouvernement. Ce sujet n’a même jamais été évoqué avec Marie-Martine Schyns », assure son porte-parole. Recalée la petite idée ? « Si réflexion il doit y avoir à ce sujet, elle devra se tenir avec tous, on n’imposera pas une telle décision d’en haut. Quoi qu’il en soit, la ministre s’en tient à ce qui existe aujourd’hui et elle garantit la liberté pédagogique des établissements ».

Retrouvez toutes nos informations sur Le Soir+.