Accueil

La nature, le pari gagnant en Wapi

La région a adopté le système flamand des itinéraires balisés par des points nœuds en 2015. Et ce fut d’emblée un succès, notamment auprès des touristes flamands.

Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Dans un secteur touristique en berne en Hainaut – 9 % de fréquentation en moins en 2015 –, la Maison du tourisme de Wallonie picarde tire son épingle du jeu en affichant une hausse du taux d’hébergement – 220.000 nuitées hors camping – et un taux de fréquentation des attractions stable ou en hausse avec 2,5 millions de visiteurs au total. Certes, la Wallonie picarde a la chance de disposer sur son territoire d’un des blockbusters du tourisme en Belgique : Pairi Daiza a attiré, à lui seul, 1,8 des 2,5 millions de visiteurs dans la région. Mais le succès du parc animalier de Brugelette n’explique pas tout. En effet, la Maison du tourisme a fait un choix stratégique payant en misant sur sa nature riche, diversifiée et préservée. Ces dernières années, elle a ainsi balisé quelque 1.600 km d’itinéraires cyclables en adoptant le système des points nœuds qui a déjà fait ses preuves en Flandre. « Nous avons mis en place un réseau de 660 points nœuds qui traversent les 23 communes du territoire, deux parcs naturels et qui sont en liaison avec le maillage qui existe déjà en Flandre et dans le nord de la France, explique Nicolas Plouvier, directeur de la Maison du tourisme. C’est un système bien rodé qui se base sur un réseau de 120 opérateurs de tourisme partenaires qui signent une charte dans laquelle ils s’engagent à proposer un accueil particulier pour les vélos. Les retours sont très positifs tant de la part des utilisateurs que des opérateurs qui voient un réel impact sur leur fréquentation. »

La Maison du tourisme enregistre ainsi un nombre important de visiteurs flamands supplémentaires. Adeptes du vélo et du système des points nœuds, ces derniers ont donc prolongé leur expérience du réseau cyclable par-delà la frontière linguistique. Un succès que les responsables du tourisme espèrent bien dupliquer dès le printemps prochain avec le lancement d’un réseau de points nœuds pédestres – 700 km d’itinéraires balisés – avant des balades spécifiques pour le VTT.

A côté de cela, le public des familles et des enfants reste une des cibles privilégiées en Wallonie picarde. La Maison du tourisme a ainsi travaillé avec 10 sites touristiques durant trois ans pour proposer une offre spécifique aux familles avec des scénographies particulières et des carnets de jeux divertissants pour les enfants.

A l’avenir, les responsables de la Maison du tourisme veulent continuer à développer la marque « Wallonie picarde » pour faire évoluer le tourisme d’un jour vers un tourisme de séjour. « On voit que plusieurs opérateurs comme Pairi Daiza, le futur centre de loisirs Your Nature vont enrichir l’offre d’hébergement qui compte déjà de nombreux gîtes. Nous pouvons espérer atteindre les 400.000 nuitées d’ici 5 ans avec, à la clé, un réel impact économique pour la région. Là où un touriste d’un jour dépense en moyenne 25 euros par jour, un touriste de séjour en dépense 75 euros. Les retombées seront réelles à condition de proposer une offre différenciante, en particulier dans les centres urbains, et de développer l’attractivité rurale avec des hébergements alternatifs et des sites aménagés pour rendre la nature accessible. »

Emmenée par la locomotive Pairi Daiza, la Wallonie picarde peut espérer attirer dans les 5 prochaines années, 4 voire même 5 millions de visiteurs annuels.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une