Namur: centre commercial cherche promoteur

Comme la Ville l’annonçait lundi, la réunion publique prévue ce mercredi afin de présenter le projet de centre commercial en bordure du parc Léopold est annulée. Faute de combattant, ou à tout le moins de promoteur pour ce projet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et semble enlisé comme jamais. «  Urbanove explique qu’elle est actuellement en discussion avec divers repreneurs dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire en cours et que “compte tenu des derniers échanges et informations communiquées par les candidats repreneurs, le programme actuel de développement du centre commercial pourrait devoir être modifié, ce qui impliquerait à terme l’organisation d’une nouvelle réunion publique d’information. Dans le respect du citoyen namurois et afin de ne pas créer de confusion inutile, il nous apparaît opportun de reporter la tenue de la réunion à une date ultérieure”  », explique le collège namurois qui «  prend acte de cette situation  » et rencontrera le nouvel opérateur lorsqu’il se sera déclaré. Si toutefois un se déclare…

Le mythe de la page blanche

En dehors d’un contexte général peu propice à la bonne santé financière de commerces s’installant dans un centre commercial naissant, la situation spécifiquement namuroise est compliquée. Le milieu des promoteurs, forcément, le sait. Pas sûr que cela va se bousculer au portillon. Quoi qu’il en soit, aux yeux de la majorité CDH-MR-Ecolo, pas question de faire table rase des longues – et douloureuses – tractations passées, après la création du collectif de sauvegarde du parc Léopold, les turpitudes de la consultation populaire, l’échec du comité de conciliation mis en place après la consultation, etc. Les balises qui fixent la localisation, les entrées, les gabarits, l’espace public et autres doivent être conservées.

Et pourtant, plus d’un voudrait, au contraire, donner une chance à un vrai dialogue entre antagonistes, et pour ce faire repartir d’une page blanche. Le collectif de sauvegarde du parc évidemment, qui «  ne souhaite pas épiloguer sur cette procédure mais y voit une nouvelle possibilité de repartir à zéro pour construire un projet plus en phase avec l’opinion citoyenne exprimée lors de la consultation populaire. Il invite, dès à présent, le futur acheteur (mais y en aura-t-il un ?) et la ville de Namur à une table ronde où l’avis de la population pourrait être véritablement pris en considération  ». Le PS, seul parti d’opposition, s’est attaché depuis belle lurette à battre ce projet en brèche. Hors du conseil, le PTB y va lui aussi de ses commentaires, considérant que «  la majorité namuroise a la possibilité de se racheter en rebattant les cartes  ». Tout comme le Forum citoyen Namur créé voici peu. Mais cette page blanche ressemble davantage à un vœu pieu.