Traités de libre-échange: Magnette prêt à accepter un CETA modifié

Le ministre-président wallon a ajouté qu’il respecterait une résolution wallonne contre le CETA. Or, elle existe déjà.

Temps de lecture: 2 min

La députée Ecolo Hélène Ryckmans s’est inquiétée, mercredi lors du débat en séance plénière sur le CETA, de la possibilité ouverte «  à demi-mot » par le ministre-président wallon Paul Magnette de consentir à ce traité si des modifications y sont apportées. «  Le CETA reste un traité dangereux, opaque et menaçant pour l’économie et les emplois wallons. Monsieur Magnette s’engage solennellement à respecter une nouvelle résolution qui lui demanderait de rejeter le CETA… Une telle résolution existe déjà, elle a été adoptée par le Parlement de Wallonie », a fait observer la députée d’opposition, dont le parti avait soutenu cette résolution initiale.

Le PTB, qui avait lui aussi soutenu cette résolution, a appelé par la voix du député Frédéric Gillot à «  clore la discussion », avant même d’examiner la déclaration interprétative promise. Pour le MR, Virginie-Degrang-Firket s’est interrogée la schizophrénie de partis qui s’apprêteraient à refuser un accord de libre-échange équilibré avec un pays ami. La séance plénière s’est tenue en l’absence de son président André Antoine (cdH), qui mène au Canada avec d’autres députés une mission centrée sur le CETA.

À lire aussi Le TTIP en quarantaine, le Ceta dans de beaux draps

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une