300 nouveaux emplois pour l’aide à la jeunesse

Longtemps sous-financée, l’aide à la jeunesse devient une priorité pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Temps de lecture: 1 min

Longtemps sous-financée, l’aide à la jeunesse devient une priorité pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Celle-ci a débloqué 11,3 millions pour le secteur dans son budget 2017, ce qui fait de l’aide à la jeunesse la compétence la plus refinancée de l’exercice budgétaire. Le ministre de tutelle Rachid Madrane (PS), qui plaidait depuis longtemps pour des moyens supplémentaires, s’en réjouit : « J’ai toujours dit que je ne pouvais pas accepter que l’austérité nous oblige à mettre en danger des enfants dont nous avons la responsabilité. »

Deux centres d’accueil pour les « bébés parqués »

Ce refinancement aidera à créer deux centres d’accueil pour les « bébés parqués », ces très jeunes enfants retirés à leur famille qui se retrouvent à l’hôpital faute de places dans les structures adaptées. Un autre centre sera créé pour les jeunes réputés « incasables », des adolescents qui relèvent à la fois de la psychiatrie et de l’aide à la jeunesse. Deux services de placement en famille d’accueil d’urgence supplémentaires devraient aussi voir le jour.

Ces différents projets devraient générer 300 emplois, dont 230 dans le secteur subventionné.

À lire aussi Les défis de l'aide à la jeunesse

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une