Bilan mitigé pour la qualité de l’air

C’est un classement qui ne manquera pas d’intéresser les habitants de la région. Chaque année, l’agence wallonne de l’air et du climat (AWAC) rassemble en effet les données récoltées pour établir un indicateur de qualité de l’air ambiant. Et si certaines communes font mieux que la moyenne wallonne, située à 0.00, toutes ne se distinguent pas. En cause, la présence de plus ou moins de polluants dans l’air. Ainsi que l’explique Benoît De Bast, expert en qualité de l’air et en particules fines au sein de l’AWAC, « nous disposons de 23 stations de mesure en continu, où les données sont enregistrées en temps réel et envoyées sur un serveur toutes les demi-heures. Nous mesurons la concentration de différents polluants dans l’air : particules fines, oxyde d’azote, dioxyde de soufre, ozone… ».

Et face aux polluants et autres particules fines, certaines communes s’en tirent mieux que d’autres. Ainsi, parmi les communes où la qualité de l’air est la meilleure, on retrouve tout d’abord Aywaille, avec un indice de -0.07, ex æquo avec la commune de Dalhem.

Avec un indice de -0.05, Blegny et Soumagne sont en deuxième position ex æquo, suivies de près par Fléron, avec -0.01.

Avec un indicateur de 0.00, Trooz se situe pile dans la moyenne wallonne. La mauvaise nouvelle, c’est que toutes les autres communes de l’arrondissement ont donc une qualité d’air inférieure à celle de la moyenne enregistrée en Wallonie…

Flémalle, mauvaise élève

Avec respectivement un indice de 0.03, 0.04 et 0.06, Sprimont, Beyne-Heusay et Visé ne s’en sortent pas trop mal. De même pour Herstal (0.07) et Oupeye (0.08) qui n’enregistrent que quelques centièmes de plus que la moyenne relevée en Wallonie. Avec un indice de 0.11, Liège sauve l’honneur en se positionnant à la 12e position du classement des 24 communes de l’arrondissement. Un classement où Awans (0.54), Neupré (0.59) et Grâce-Hollogne (0.70) font figure de mauvais élèves. En dernière position, c’est Flémalle que l’on retrouve, avec un indice relativement élevé de 0.94, soit 0.07 seulement de moins que Saint-Georges-sur-Meuse, où l’on enregistre la moins bonne qualité d’air de la Région wallonne. Heureusement, selon Benoît De Bast, il n’y a pas de quoi paniquer pour autant : « St-Georges, Engis et Flémalle sont les trois communes de la Région wallonne où la qualité de l’air est la plus médiocre. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il y a un danger pour les habitants. » De quoi souffler de soulagement.

Trois polluants à la loupe

Pour calculer les indices relatifs à la qualité de l’air, l’agence wallonne pour l’air et le climat se base sur trois polluants en particulier : les particules fines, l’ozone et le dioxyde d’azote.

Et bien que Benoît De Bast assure que les indices relevés en Wallonie ne sont pas dangereux, il rappelle toutefois que « la pollution atmosphérique peut avoir des effets négatifs sur la santé ».