«Bruxelles, une cible idéale» pour les terroristes, selon l’ex-chef de la Sûreté belge

La Belgique n’est pas à l’abri de nouveaux attentats, a prévenu mercredi l’ancien « patron » de la Sûreté de l’État, Alain Winants, qui s’est étonné que Bruxelles, « cible idéale », n’ait pas été touchée plus tôt par le terrorisme d’inspiration djihadiste, d’autant que les gouvernements successifs n’ont, selon lui, jamais accordé beaucoup d’attention et de moyens au service civil de renseignement.

« À l’avenir, nous allons devoir vivre avec l’idée que des attentats sont possibles, que des attentats se produiront », a-t-il affirmé devant la commission d’enquête parlementaire de la Chambre sur les attentats du 22 mars. M. Winants s’est aussi étonné devant les parlementaires que « cela ait duré si longtemps » avant de voir Bruxelles touchée par le terrorisme islamique. La capitale belge « était une cible idéale » en raison de la présence du siège des institutions européennes et de l’Otan, combinée à la participation de la Belgique à des conflits, a-t-il dit, en faisant allusion à l’engagement militaire dans la lutte contre Daesh.

Sur le même sujet
Terrorisme