«Sale femme!»: les punchlines du dernier débat Trump-Clinton

Le dernier des 3 débats des candidats à la présidentielle a tourné à l’échange grinçant.

Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Donald Trump a manqué une occasion de prendre l’avantage lors du dernier débat de la campagne présidentielle américaine contre Hillary Clinton, semant le trouble par sa menace de refuser le verdict des urnes le 8 novembre. Le candidat républicain avait pourtant bien démarré ce troisième débat, mercredi soir à Las Vegas, en rattrapant ses travers des deux premiers duels. Plus méthodique, visiblement mieux préparé, il a multiplié les appels du pied à la base conservatrice, sur l’avortement, l’immigration ou les armes à feu.

Mais ces échanges ont été balayés par le refus stupéfiant du milliardaire populiste de s’engager à respecter les résultats de l’élection au soir du 8 novembre, désavouant au passage son colistier, Mike Pence. Retour sur les punchlines qui ont marqué ce troisième et dernier débat de la course à la Maison Blanche.

« Such a nasty woman »

On pourrait traduire la pique par « quelle femme vicieuse » ou « quelle femme méchante ». Alors que Hillary Clinton déroulait son programme économique (augmenter les impôts des plus aisés et alléger la charge sur les familles de la classe moyenne), la démocrate s’est fendue d’une réflexion peu appréciée par le républicain : « Les impôts seront relevés pour les plus aisés, ma contribution à la sécurité sociale augmentera, et celle de Donald Trump aussi. Enfin s’il ne trouve pas un moyen d’y échapper  ». « Such a nasty woman », s’est empressé d’interrompre le républicain qui avait claironné, quelques minutes auparavant que « personne n’avait plus de respect pour les femmes que lui ».

La vidéo sur mobile

« Avec Hillary, vous pouvez arracher le bébé du ventre de la mère »

Descriptions crues, faits inexacts : Donald Trump s’est également fait remarquer durant le chapitre consacré à l’avortement. S’il était évident que les deux candidats ne seraient pas d’accord sur le sujet, c’est la suite du débat qui a surpris. A la question « jusqu’où seriez vous prête à autoriser les avortements ? », la démocrate a expliqué que devoir subir une procédure extrêmement rare, qui permet de stopper la grossesse jusqu’à son terme si la vie de la mère est en danger était « une des décisions les plus difficiles pour une femme » Et d’ajouter : « Je ne pense pas que le gouvernement puisse prendre cette décision si personnelle ».

De son côté, Trump a opté pour des propos graphiques : « Avec Hillary, vous pouvez arracher le bébé du ventre de la mère jusqu’à la naissance. Vous ça ne vous dérange peut-être pas, Hillary non plus, mais pour moi ça ne va pas. »

« L’homme le plus dangereux à avoir jamais voulu devenir président »

Le principal enseignement de la soirée aura été le nouveau refus de Trump de s’engager à accepter les résultats des élections le soir du 8 novembre en cas de défaite. «  Je verrai à ce moment-là », s’est-il borné à répondre. «  Je vous laisse dans le suspense. » Une déclaration que Mme Clinton a qualifiée de « terrifiante ». « Il dénigre et rabaisse notre démocratie. Je suis atterrée que le candidat de l’un de nos deux grands partis adopte ce genre de position », a regretté l’ex-secrétaire d’Etat.

Selon cette dernière, Donald Trump est «  l’homme le plus dangereux à avoir jamais voulu devenir président ».

« La marionnette de Poutine »

Hillary Clinton a côté violemment attaqué pour ses prises de position favorables au président russe Vladimir Poutine. «  Il est clair que vous n’admettrez pas que les Russes sont engagés dans des cyber-attaques contre les Etats-Unis. Que vous avez encouragé l’espionnage contre notre peuple », a-t-elle déclaré.

«  Poutine n’a aucun respect pour cette personne », a déclaré Donald Trump en désignant Hillary Clinton.

«  C’est parce qu’il préférerait une marionnette comme président des Etats-Unis », a-t-elle répondu.

«  Vous êtes la marionnette », a riposté Donald Trump.

La vidéo sur mobile

À lire aussi A Las Vegas, le dernier débat clôt une sombre saison électorale À lire aussi Hillary Clinton, le trouble au corps À lire aussi Notre dossier: la course à la Maison-Blanche

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une