Liège: Saint-Léonard aura sa passerelle

Créer une passerelle cyclo-piétonne pour ouvrir Saint-Léonard sur les Coteaux de la Citadelle et donner ainsi aux habitants un accès au vaste espace vert alors que ce quartier dense de 12.000 habitants en manque tant. Enfin, enrayer les imprudentes traversées de la voie de chemin de fer…

Le dossier de la passerelle Vivegnis date de 2003. Plusieurs fois reporté en raison notamment du coût lié à l’obligation de prévoir une rampe accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR), le chantier va enfin pouvoir commencer. Ce vendredi, le collège a approuvé l’adjudication des travaux qui s’élèvent à 1,3 million d’euros, dont 1 million sera pris en charge par le budget « rénovation urbaine » de la Région. Le reste sera imputé à la Ville de Liège.

« Après approbation de la tutelle et réception de la promesse ferme d’adjudication de la Région, nous espérons que le chantier commencera au printemps 2017 », explique l’échevin des Travaux, Roland Léonard, qui doit encore vérifier les éventuelles interférences avec Infrabel puisque la passerelle enjambe la ligne Liège-Herstal, fort fréquentée.

La passerelle a été redessinée pour limiter le déploiement de la rampe d’accès. « L’inclinaison dépasse quelque peu le seuil des 5 %, explique l’échevin. Le respect strict des normes induisait un trop long développement de la rampe d’accès qui risquait de dissuader les personnes à mobilité réduite. » L’accès aux Coteaux par l’impasse Macors a été considéré comme une alternative pour les PMR qui ne seraient pas en mesure de prendre la rampe d’accès de la passerelle nouvelle formule.

« Dans le même temps, je vais plaider auprès du collège pour que l’on refasse l’assiette de l’impasse Macors qui a un besoin urgent de reconsolidation, étant située en contre-haut de la voie de chemin de fer. C’est un dossier difficile techniquement, mais qui devrait ménager des poches de stationnement pour les riverains, une meilleure circulation et une amélioration de la zone de rebroussement du côté des Coteaux », poursuit l’échevin qui annonce d’autres travaux dans le quartier (lire ci-contre), à réaliser avant ceux du tram (s’il advient un jour, NDLR).

Pour revenir à la passerelle, il s’agit toujours, selon la conception initiale du bureau d’architecture Alain Richard, d’un volume en bois à l’intérieur duquel seront déployés les escaliers et la rampe d’accès. Ensuite, une passerelle métallique permettra de franchir les voies de chemin de fer et mènera ainsi au pré du Baneux, sans toutefois réserver un accès aux voies en cas de réouverture de l’arrêt Vivegnis dans le cadre du futur REL. Par contre, la passerelle permettra d’accéder à l’Ecocentre du Baneux qui, du coup, pourra répondre aux obligations des pompiers.

Réfection des voiries

Chantier phare du quartier – sa réfection aura duré trois ans –, la rue Saint-Léonard est en passe d’être terminée. « La pose du tarmac dans la dernière partie devrait se dérouler après les congés de Toussaint, pourvu que les conditions climatiques le permettent, explique l’échevin des Travaux. Après, il faudra encore achever le pavage, les marquages et poser le mobilier urbain. Tout doit être fini avant la fin de l’année. »

Saint-Léonard n’en a pas fini avec les travaux. En 2017, c’est la rue Bonne Nouvelle qui devrait être en chantier. L’assiette dégradée sera remplacée. En 2018, ce sera au tour de la rue Lamarck. « Cette rue étroite, soumise au passage intense des bus, sera rénovée dans la perspective du tram, où le trafic de bus aura diminué. Nous voulons améliorer la sécurité de la rue, en installant notamment des passages piétons protégés », poursuit l’échevin.

Enfin, un dossier important d’égouttage de la rue du Baneux doit être lancé en collaboration avec Infrabel en 2017. « Nous devons faire passer l’égout sous la voie de chemin de fer et rejoindre la place Vivegnis en mordant sur le terrain des Urbains. »

Sur le même sujet
Urbanisme