S'identifier S'abonner

Ce qu’il faut retenir du discours de Trump, nouveau président des Etats-Unis

Le républicain a remporté les 270 grands électeurs nécessaires pour devenir le nouveau président des Etats-Unis.

Chef du service Monde

Par Jurek Kuczkiewicz

Temps de lecture: 2 min

Donald Trump s’est exprimé depuis son QG à New York, alors qu’il est élu président des Etats-Unis. Il est monté sur scène, entouré de son fils Barron et sa femme Melania sous les cris « USA, USA ! ».

Que retenir des premiers mots de Donald Trump en tant que président élu ? Voici les quatre messages clés.

1. Trump félicite Clinton

Trump a félicité son adversaire Hillary Clinton pour s'être farouchement battue, et l'a remerciée pour ses 30 ans au service du pays. Pas une seule critique ni méchanceté, et c'est une première en parlant de Clinton qu'il avait appelée systématiquement « crooked Hillary » (la « tordue »).

C'est le premier signe d'une posture présidentielle et de celle de rassembleur qu'il a développée ensuite.

2. Un discours rassembleur

C'est le premier geste politique d'un président élu, et Trump s'y est plié: il a promis qu'il sera le président de tous les Américains, même de ceux qui n'ont pas voté pour lui. Il s'est engagé à tenter de faire travailler tout le monde ensemble, enjoignant ses compatriotes à « se rassembler en un peuple uni ». Il reconnaît et assume que c'est à lui, en tant que président, qu'incombe cette responsabilité.

3. Avec les partenaires étrangers

Vis-à-vis de ses partenaires étrangers. « Nos intérêts viendront en premier », a annoncé Trump, mais il sera « loyal » avec « les nations qui voudront faire du chemin avec nous ».

On retrouve là le ton très légèrement menaçant de sa campagne: les partenaires le seront, mais seulement par le prisme des intérêts américains. Ce passage-là constitue le plus grand écart par rapport aux discours habituels des présidents élus, qui ont toujours commencé par assurer leurs alliés traditionnels du maintien de l'amitié du « grand frère » américain.

4. Les hommages

Là, c'est encore un peu plus inquiétant. Inévitablement, Trump a remercié ceux qui se sont engagés le plus fort dans sa campagne: Rudi Giuliani, ancien maire de New York et aboyeur en chef de la campagne Trump, puis les ex-adversaires républicains de la primaire Chris Christie, le gouverneur du New Jersey populiste et empêtré dans un scandale politique, et l'étrange docteur Ben Carson, qui a étalé son ignorance et le vide sidéral de ses idées lors des débats des primaires.

Si ces hommages sont annonciateurs de nominations dans le cabinet de Trump, cela n'est pas très engageant...

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Oeuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP