La princesse Léa de Belgique pourrait être impliquée dans le Kazakhgate

Une transaction de l’avocate de Chodiev vers le Fonds d’Entraide Prince et Princesse Alexandre de Belgique sème le doute.

Temps de lecture: 1 min

Après Le Soir début du mois, De Tijd revient à son tour samedi sur une possible implication de la princesse Léa de Belgique, veuve d’Alexandre de Belgique, demi-frère du roi Albert II, dans le Kazakhgate.

Après la publication vendredi d’une lettre impliquant les ministres belges de l’époque Stefaan De Clerck, Didier Reynders et Steven Vanackere, De Tijd mentionne d’autres révélations samedi sur le Kazakhgate, évoquées par Le Soir début novembre.

Celles-ci concernent une transaction mystérieuse de l’avocate de Patokh Chodiev, Catherine Degoul, vers le Fonds d’Entraide Prince et Princesse Alexandre de Belgique de la princesse Léa, la sœur d’Albert II.

Lors de sa première audition, l’an dernier, l’avocate avait affirmé que cette transaction était une demande d’Armand De Decker. «Il m’a demandé de ’faire un geste, une faveur’ à la sœur du Roi

Selon les documents judiciaires consultés par le Tijd, la princesse Léa sera encore entendue cette année. Elle a déjà confirmé le versement de janvier 2012, mais dit n’avoir jamais entendu parler de Catherine Degoul.

Armand De Decker sera entendu lundi par le MR au sujet du Kazakhgate.

À lire aussi Des réseaux folkloriques au sein du Kazakhgate À lire aussi Le Kazakhgate pour les nuls

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une