Wavre: donner la vraie image de l’agriculture

<p>
             Wavre: donner la vraie image de l’agriculture
</p>

Ce qui frappe, c’est la présence de taureaux aux noms aussi évocateurs que Hyppolite de Fermine ou Jasper d’Herbuchenne, des bêtes dont les plus petites ne pèsent que 500 kilos, mais dont l’une d’elles affiche une tonne et demie sur le plateau de la balance. C’est que le rôle de l’Association wallonne de l’élevage (Awé) est d’assurer à Wavre, non loin des pylônes de la RTBF, la reproduction de diverses races bovines (Blanc-Bleu Belge, Holstein…). Un lieu réservé aux professionnels qui a décidé de s’ouvrir au public, en commençant par les écoles.

Le constat est tout de suite posé par Christophe Boccart, le responsable de l’Awé : « Le fossé entre les agriculteurs et les éleveurs, d’une part, et le grand public, d’autre part, ne cesse de se creuser. C’est notamment dû au fait que certaines publications, dont celles, mêmes retravaillées, de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), donnent une image de notre métier qui correspond sans doute aux feedlots (parcs d’engraissement) d’usage dans les deux Amériques, mais qui ne correspondent pas du tout à ce qui est pratiqué en Europe. Nous souhaitons donc, avec cet espace didactique, donner la vraie image de l’agriculture. »

Pour tous les âges

Agripedi@bw se compose ainsi de quatre parties (1), contenant des illustrations de Daniel Steenhaut. La première, intitulée « Agritecture », pour combiner agriculture et architecture, avec le Lion de Waterloo rebaptisé en « Sillons de Waterloo », permet notamment de comprendre un paysage typique du Brabant wallon. Le métier d’éleveur est expliqué dans une deuxième zone, intitulée « Les 24 heures de Franck aux champs », tandis qu’un espace ludique fait de même pour les plus jeunes. Enfin, sont abordées, pour les plus grands, les questions plus ardues liées à l’avenir de l’élevage.

« Il faut par exemple comprendre qu’en Wallonie, certaines zones ne sont pas bonnes pour l’agriculture et que ce sont donc les prés qui y prédominent, poursuit Christophe Boccart. Avec de l’herbe produite qui capte aussi du CO2 et qui permet de produire des protéines qui vont nourrir les hommes… »

L’Association wallonne de l’élevage a investi 15.000 euros dans cet espace Agripedi@bw, où l’on trouve également des photos de Christophe Gillot (voir le livre ci-dessous) prises dans la ferme d’Eddy Pussemier, à Bois-Seigneur-Isaac, qui ont déjà attiré 40.000 personnes dans le site de l’Awé à Ciney. La Province du Brabant wallon a, elle, mis 65.000 euros. Comme l’explique la députée provinciale Isabelle Kibassa-Maliba (PS), « nous espérons faire naître des vocations d’agriculteurs, mais aussi de techniciens ou de scientifiques capables de réflexion face aux enjeux d’un secteur en pleine mutation et ouvert à l’innovation ».

Le service d’appui pédagogique de la Province a également été mis à contribution pour que les documents présents soient en lien avec les programmes scolaires. L’édition d’un cahier est prévue pour début 2017.

Je suis agriculteur de Christophe Gillot, avec des textes de Erik Sven, 184 pages illustrées, Éditions Weyrich, Paf : 30 euros

(1) Inscriptions gratuites par mail à info@agripediabw.be.