Molenbeek: plus de mixité pour le quartier Brunfaut

Le quartier Brunfaut changera de visage endéans les deux ans. La commune aimerait plus de mixité sociale.

Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Voici trois mois, le concierge de la tour Brunfaut à Molenbeek a tourné pour la dernière fois les clés dans la serrure avant de voir les ouvriers du Logement molenbeekois murer cette tour de logements sociaux. Témoin de l’architecture moderniste des années 70, la tour est aujourd’hui obsolète. Tous ses habitants, pourtant attachés à leur quartier, ont été relogés à proximité de la gare de l’Ouest pour qu’une rénovation en profondeur s’opère. La semaine dernière, la commission de concertation a enfin donné un avis favorable à sa transformation. En plus de cette rénovation du numéro 65, le site industriel des anciennes imprimeries Hayez a également reçu le feu vert pour être transformé en logements privés et en une zone de bureaux en rez-de-chaussée de 1.000m².

« Le quartier a besoin de ces rénovations et d’être transformé, explique l’échevin du Logement, Karim Majoros (Ecolo). Aujourd’hui, il souffre d’une image négative sans mixité sociale. » Dans le quartier formé par la rue Brunfaut, la rue Saint-Martin et la rue Fin, on compte 95 % de logements sociaux. Ils appartiennent soit au Logement molenbeekois, soit à la régie communale, soit au Fonds du logement.

La proportion passera à 85 % avec la reconversion du site des imprimeries Hayez. Il a été racheté par la société HomeInvest qui compte construire 90 appartements qu’elle louera elle-même. Il ne s’agira pas de logements de standing mais bien du moyen de gamme puisqu’il faudra compter environ 800 euros par mois pour un appartement deux chambres. « Malgré cela, la diversité n’est pas suffisante dans le quartier. L’idéal serait d’arriver à une proportion de 20 % de logements moyens parmi les logements publics. Pour y arriver, il faudra compenser l’arrivée de logements moyens supplémentaires dans ce quartier par la présence de logements sociaux supplémentaires dans d’autres quartiers. »

Actuellement, les sociétés de logements sociaux peuvent créer du logement moyen mais uniquement en cas de construction. Les rénovations ne rentrent pas en ligne de compte. Pour Brunfaut, il sera donc très complexe de mettre du logement moyen car toutes les parcelles sont construites et la densité est déjà forte dans ce triangle.

L’échevin souhaiterait que la Région permette d’étendre la présence de logements moyens dans les ensembles existants. « Il manque un arrêté pour cela. A Molenbeek, nous avons créé des logements sociaux ailleurs. Permettre d’avoir du moyen en plus à Brunfaut permettrait de donner une autre image au quartier mais aussi aux jeunes qui ont un emploi mais qui veulent rester vivre là où ils ont grandi, d’en avoir la possibilité. La jeunesse qui s’émancipe doit continuer à bénéficier d’un soutien public via le logement moyen. »

Depuis le début de cette législature communale, Molenbeek a gagné 1 % de logement public pour atteindre les 18 %, dont 12 % de logements sociaux, ce qui est au-dessus de la moyenne régionale. L’AIS (Agence immobilière sociale) rencontre le plus grand succès car en deux ans, le nombre de logements est passé de 150 à 300. « C’est une manière de gagner en mixité. Personnellement, j’aimerais aussi que la mixité se fasse dans un même immeuble. Dans chaque projet, nous pourrions atteindre un ratio de 60 % de sociaux pour 40 % de moyens. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une