Rixensart: trois mille euros pour des serres mobiles

La Province du Brabant wallon lui a attribué, à la mi-octobre, le 5e prix Incidences, qui vise à mettre en valeurs les initiatives innovantes en matière de développement durable. Cette fois, c’est la Campagne de l’Avent de Vivre Ensemble qui souhaite lui apporter une aide financière. De quoi réjouir l’ASBL Ferme de Froidmont Insertion, une association d’économie locale qui travaille à l’insertion socioprofessionnelle de personnes précarisées via la culture biologique et un restaurant.

« C’est d’abord un encouragement pour toutes les personnes de l’équipe qui croient dans le projet et ses valeurs, nous commente Thierry de Stexhe, l’initiateur de l’association il y a six ans, au départ des Dominicains. Cela nous démontre que nous avions apporté un bon diagnostic et que l’initiative roule désormais. Mais c’est surtout une responsabilité. Sans cesse, l’on doit se poser la question de savoir si ce que l’on fait est encore durable et ce que l’on peut faire pour encore mieux répondre aux objectifs initiaux. Et, il ne faut pas le cacher, les difficultés financières sont toujours présentes. »

Chaque année, la Ferme de Froidmont Insertion forme donc une trentaine de stagiaires qui deviendront commis de cuisine, de salle ou maraîchers bios en permaculture. Le tout selon une philosophie basée sur le compagnonnage.

Devenir acteur de la société

« Certaines personnes précarisées, à faible niveau de qualification, parfois en demande d’emploi, viennent à nous car elles ont entendu parler de notre initiative, mais il nous faut aussi aller vers elles pour les convaincre, poursuit Thierry de Stexhe. Ce n’est pas évident car nous leur demandons de relever trois défis : retrouver de la valeur à leurs propres yeux et à ceux des autres, s’outiller pour développer des capacités et s’épanouir pour devenir acteur dans la société. »

Pour y arriver, l’association a mis en place un potager. Avec cinq parcelles pour faire pousser une belle variété de légumes. Avec la Campagne de l’Avent de Vivre Ensemble, 3.000 euros seront consacrés à l’aménagement de serres mobiles (voir ci-contre).

La Table de Froidmont propose, elle, une cuisine française goûteuse, des ingrédients bios, de saison et provenant des potagers. Entre dix mille et douze mille couverts sont servis chaque année, avec un plat du jour à dix euros, un lunch à seize euros ou, les soirs et les week-ends, un souper trois services à trente euros. Enfin, quatre chambres d’hôtes sont louées à soixante euros la nuit, petit-déjeuner compris.

Sur le même sujet
Restauration