Donald Trump continue ses provocations envers la Chine

Une nouvelle fois, c’est sur Twitter qu’il a sévi. Dans la nuit de dimanche a lundi, Donald Trump, le président américain élu, s’est fendu de deux tweets dans lesquels il prouve encore une fois sa maladresse diplomatique. Il commence : « Est-ce que la Chine nous a demandé si c’était OK de dévaluer leur monnaie (ce qui complique la tâche de nos entreprises pour être compétitives), de lourdement taxer nos produits importés dans leur pays (les Etats-Unis ne les taxent pas) ou de bâtir un vaste complexe militaire en mer de Chine du sud ? Je ne crois pas !  »

Un appel avec Taïwan avait ravivé des tensions

Pas encore assis dans le bureau ovale – son entrée officielle en fonction est prévue le 20 janvier – Donald Trump n’en fini pas de provoquer la Chine. Vendredi déjà, il vantait avoir discuté par téléphone avec la présidente de Taïwan, après 40 ans de silence diplomatique.

Washington, que ce soit des administrations républicaines ou démocrates, soutient en effet depuis les années 1970 la politique de la « Chine unique  » ou d’« une seule Chine  » qui l’a vu reconnaître Pékin en 1978 et rompre ses relations diplomatiques avec Taïwan en 1979.