Avion, ânes et James Bond: les meilleures cartes de vœux 2017 des politiques

Chaque année, la rédaction du Soir reçoit les traditionnels vœux des hommes et femmes politiques. Si la plupart sont assez conventionnelles, il existe tout de même des messages atypiques, humoristiques, à côté desquels on ne peut passer. En voici un condensé.

Frais, Pierre-Yves Jeholet

La palme de la fraîcheur revient sans conteste à Pierre-Yves Jeholet (MR). Sur sa carte de vœux, un dessin. Le député-bourgmestre de Herve soulève une cloche à fromage qui, sur l’image suivante, exhale les mots « Bonne année ». Avec un élu hilare ajoutant que 2017 ne manquera pas de caractère, l’année à venir marquant le 20 e anniversaire de l’appellation d’origine protégée « Fromage de Herve ». C’est ce qui s’appelle présenter ses vœux sur un plateau.

Tabernacle, voilà Reynders

Les caricaturistes ont la cote, semble-t-il, au MR (pas rancuniers, les bleus). Didier Reynders a ainsi fait appel à Dubus pour illustrer ses vœux. On y voit un ministre des Affaires étrangères marchant dans la neige et approchant du panneau « Bienvenue au Canada ». Toque à queue de raton laveur sur le crâne, raquettes aux pieds, le réformateur est chargé d’un sac à dos sur lequel on peut lire : « Ceta – Made in Belgium ». Puis, en page intérieure, Didier Reynders, un rien rougeaud, trinque avec le Père Noël et un garde-frontière canadien, devant une table garnie de moules, de frites, de bières, de pralines et de fromages. Du Herve, si l’on en croit Jeholet.

Antoine fait passer la pastille

André Antoine (CDH) aussi s’est inspiré du Ceta. Le président du parlement wallon promet : « En 2017, plus que jamais, nous ferons tout pour vous donner la voix ». Une allusion à ce moment fort où les députés sudistes se sont emparés du traité entre l’Europe et le Canada pour exiger sa modification. Joignant la parole aux actes, il a accolé un sachet de pastilles à l’intérieur de la carte. Mais gare aux doubles lectures : s’agit-il de faire avaler la pilule ou de se la dorer ?

Et visiblement très inspiré pour cette nouvelle année, André Antoine ne s’est pas arrêté là. Il a réalisé une petite vidéo champêtre, où il se balade gaiement au milieu des ânes et de la verdure wallonne. Avec le message suivant : « Formulons le vœu que 2017 soit une année différente, une année de l’optimisme et de l’effort ». Espérons-le aussi…

Voir la vidéo sur mobile

Geoffroy Coomans 007

L’échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine de Bruxelles joue les agents secrets. Cependant, ce n’est pas la couronne britannique qu’il entend défendre, mais plutôt ses compétences politiques : « L’urbanisme, l’architecture et le patrimoine » de sa ville. C’est déjà pas mal.

Le tatami d’Alain Courtois

L’échevin des Sports de la ville de Bruxelles s’est mis dans la peau de Magritte pour souhaiter ses vœux. Accompagné de ses collègues (de gauche à droite : Geoffroy Coomans de Brachène (MR), Ahmed El Ktibi (PS) et Fadila Laanan (PS), il a sans doute voulu montrer la bonne entente qui règne au sein de la politique bruxelloise. Où personne ne se frite, car « ceci n’est pas un tatami ».

Le recyclage de Rachid Madrane

Si certains se creusent les méninges chaque fin d’année, d’autres se prennent moins la tête et n’hésitent pas à recycler leur carte de vœux. C’est le cas de Rachid Madrane, qui semble tenir corps et âme à son illustration colorée d’enfants sportifs. Il n’a toutefois pas oublié de changer le proverbe épinglé et ne s’est pas trompé dans le renouvellement de ses vœux « 2017 ». Ouf.

La carte des voeux de Rachid Madrane pour 2017 © Le Soir
La carte des voeux de Rachid Madrane pour 2017 © Le Soir

L’art abstrait de Koen Geens

On aura tout essayé, mais personne dans la rédaction ne s’est accordé sur l’interprétation des trois œuvres présentes sur la carte du ministre de la Justice, réalisées par « Karine », la femme d’un collaborateur du cabinet, nous apprend sa porte-parole. Il a cependant laissé un indice sur son site internet : « Je vous souhaite trois choses en particulier [pour 2017] : une bonne santé, la confiance qui chasse la peur et un égoïsme sain pour soi-même que l’amitié et l’amour pour les autres rendent possible. »

Serait-ce relié aux trois iconographies de sa carte ? On a beau chercher, on n’a toujours pas compris.

La laine de Baquelaine

On peut dire que le ministre de la Pension a le sens de l’humour ! Quand son petit-fils (on suppose) lui demande ce qu’il fait, il répond qu’il lui fabrique un bas de laine géant pour sa pension. Une pension qu’il recevra (peut-être) dans de nombreuses, nombreuses années – pour ses 70, 75, 80 ans ? En attendant, mieux vaut donc lui coudre une chaussette géante pour que le père Noël puisse y glisser de nombreux, nombreux présents. Il faudra au moins ça pour compenser…

Le voyage de Marie-Dominique Simonet

La députée wallonne souhaite nous embarquer – en première classe s’il vous plaît – à bord de l’avion de la compagnie « MDS Airlines » à destination de 2017, siège 365, décollage à 23h59 précises. Cette carte de vœux a le mérite d’être une des plus originales… dans le genre délicat.

Deux petites choses : 2016 est une année bissextile (le siège 366 aurait sans doute été plus judicieux), et l’année fut marquée par de malheureux crashs d’avion (dont celui de Flydubaï en mars, d’Egyptair en mai, de l’équipe brésilienne de football Chapecoense en novembre et, dernièrement, celui de l’avion militaire russe le jour de Noël). Délicat, on vous disait.