Un sondage qui démontre le succès des théories du complot aux USA choque

Les théories du complot comptent de nombreux adeptes aux États-Unis, et particulièrement chez les électeurs de Donald Trump, selon un sondage réalisé par l’institut YouGov pour le magazine d’actualité hebdomadaire britannique The Economist, publié par The Washington Post.

Un sondage qui choque et qui a été repris par plusieurs médias. « De nombreux Américains croient des choses stupides, folles, destructrices et dont l’inexactitude peut être prouvée », commence le Washington Post. Il faut dire que, malgré de nombreux démentis, ces théories du complot continuent à convaincre de nombreux Américains.

Le pizzagate

Pendant plusieurs semaines, des sites d’information « alternative », tels que Infowars tenu par Alexander Emerick Jones, décrit comme un théoricien du complot de droite ou d’extrême droite, ont affirmé qu’Hillary Clinton dirigeait un réseau pédophile dont les « activités » avaient lieu dans la pizzeria Comet, fréquentée par de nombreux élus à Washington.

Comme preuve, les conspirationnistes avançaient des e-mails de Clinton dévoilés par WikiLeaks : le mot « pizza » revenant à plusieurs reprises serait en réalité un nom de code pour « petite fille ».

Malgré de nombreux démentis et aucune preuve réelle, 46 % des électeurs de Donald Trump estiment que les e-mails en question prouvent la culpabilité de d’Hillary Clinton dans cette affaire mêlant pédophilie, traite d’êtres humains et rituels sataniques. Le plus étonnant, c’est le succès qu’obtient cette théorie chez les démocrates, qui sont tout de même 17 % à croire en sa véracité.

Le lieu de naissance d’Obama

Lorsque Barack Obama s’est présenté aux élections présidentielles en 2008 et encore plus en 2012, plusieurs élus démocrates comme républicains ont remis en cause sa citoyenneté américaine, déclarant qu’il était né en réalité au Kenya et pas à Hawaï.

Son certificat de naissance a été publié en 2011 et Donald Trump, lui-même, a admis que le président américain était bien né sur le sol américain, 52 % des électeurs républicains sont toujours persuadés qu’il est né au Kenya.

Des élections truquées

Alors que Donald Trump a remporté l’élection, 62 % de ses partisans pensent que le scrutin du 9 novembre a été « certainement » ou « probablement » truqué, contre 25 % des électeurs de Clinton.

Mais quand il s’agit du piratage de l’élection par les Russes, seulement 9 % des fans de Trump croient les renseignements américains alors que les électeurs démocrates sont 50 % à penser que la Russie a trafiqué les résultats. Par contre, 20 % des électeurs républicains pensant néanmoins que la Russie a hacké les e-mails de Clinton dans le but de favoriser Trump contre 87 % des démocrates.

Mal informés

En plus d’être adeptes des théories conspiratrices, les Américains sont également mal informés. Ce sondage montre qu’un tiers des Américains pensent que la proportion de citoyens non couverts par une aussurance-maladie augmente alors qu’en réalité, depuis la mise en place de Obamacare, elle est à son plus bas historique.

53 % des Américains pensent encore qu’il y avait des armes de destructions massives en Irak mais qu’elles n’ont jamais été trouvées, tandis que près de 15 % pensent que le gouvernement était impliqué dans les attentats du 11 septembre. Enfin, 31 % des électeurs de Trump et 18 % des électeurs de Clinton sont persuadés qu’il a été prouvé que des vaccins causaient l’autisme chez les enfants, comme Trump l’a plusieurs fois mentionné pendant la primaire républicaine.