La police berlinoise dément avoir frappé le Pakistanais suspecté à tort après l’attentat

La police berlinoise est au cœur d’une nouvelle polémique depuis la publication de l’interview de Naveed Baloch, le Pakistanais suspecté à tort après l’attentat qui a fait 12 morts ce 19 décembre dans la capitale allemande.

Dans un entretien accordé au journal britannique The Guardian, l’homme explique avoir été maltraité par les policiers. « Ils enfonçaient leurs talons dans mes pieds », « quand j’ai résisté, ils ont commencé à me gifler », raconte-t-il.

La police berlinoise a immédiatement démenti les propos de Naveed Baloch. « Ces accusations sont fausses et infondées », a déclaré la police dans un communiqué. « A aucun moment il n’a été prouvé que Navaad Baloch a été battu ou blessé. Il n’a eu aucune blessure visible et il n’y avait aucune preuve de mauvais agissements de la part des policiers ».