Les médecins seront bientôt libres de choisir leurs tarifs

C’est la conséquence la plus tangible pour les patients : les médecins de Belgique, sans exception, seront très bientôt libres de fixer leur tarif. 25, mais aussi 35 ou 100 euros pour une consultation, s’ils le désirent. C’est la conséquence mécanique de la dénonciation de l’accord médico-mutuelliste 2016-2017 par les trois syndicats de médecins représentatifs, l’AADM, le Cartel et l’Absym. Celui-ci doit encore faire avaliser sa décision par son conseil d’administration mercredi prochain, mais son bureau l’a conseillé à l’unanimité. Autant dire que c’est plié de chez plié.

À partir de ce moment, le patron de l’Inami Jo De Cock aura 15 jours pour convoquer une réunion de cette « médico-mut » et tenter de faire revenir les syndicats à la table et de trouver un accord. La ministre de la Santé Maggie De Block y sera d’office conviée. C’est qu’il y a le feu au lac : les médecins « échangent » la sécurité tarifaire contre un « statut social », une sorte de pension alternative censée compenser le fait que les médecins entrent très tard dans la carrière. S’il y renonce, le médecin peut fixer lui-même ses tarifs pour faire son bas de laine. Mais le patient n’est remboursé du même montant que s’il choisit un médecin « conventionné ».

À lire sur Le Soir +: Médecins: les raisons de la colère