Charlie Hebdo, deux ans après : «C’est un crime politique»