Bachar al-Assad: «Les guerres sont mauvaises, mais c’est parfois le prix à payer»

Le président syrien Bachar al-Assad a estimé dimanche que la reconquête d’Alep constituait «un moment critique» dans le conflit débuté en 2011 et que son régime était «sur le chemin de la victoire», dans une interview accordée à trois médias français.

La «victoire, ce sera quand nous aurons éliminé tous les terroristes», a déclaré Bachar al Assad, sur RTL et les radio et télévision France info.

Le régime syrien avait annoncé le 22 décembre avoir repris le contrôle total d’Alep, deuxième ville du pays, après des années de combats acharnés.

« Parfois le prix à payer »

« Toutes les guerres sont mauvaises » mais « c'est parfois le prix à payer », a-t-il également déclaré. « Toutes les guerres provoquent des destructions, toutes les guerres provoquent des morts. (…) Vous ne pouvez pas dire qu'une guerre est bonne. Même si elle a lieu pour de bonnes raisons, pour défendre votre pays, ce n'est pas la solution »

« Mais la question qu'il faut se poser est la suivante : comment pouvez-vous libérer les civils des terroristes dans ces zones ? »

« Qu'est-ce qui est le mieux ? Les laisser sous leur commandement [des rebelles, ndlr] , à leur merci, les abandonner aux mains de terroristes qui coupent des têtes, qui assassinent ? Est-ce le rôle de l'Etat de rester les bras croisés ? Non, vous devez les libérer. C'est parfois le prix à payer. Et à la fin, ces gens sont libérés des terroristes », a justifié le président syrien.