S'identifier S'abonner

«Noir Jaune Blues»: les lois de l’islam supérieures aux lois belges pour 29% des musulmans

Dans le même temps, 82 % des musulmans de Belgique estiment qu’au quotidien, ils adoptent un mode de vie semblable à celui de leurs voisins non musulmans, selon une enquête révélée par « Le Soir » et la « RTBF ».

Par la rédaction

Temps de lecture: 4 min

La grande enquête « Noir, Jaune, Blues 2017 » interroge en profondeur la société belge. Elle a posé quelques questions uniquement aux musulmans qui vivent en Belgique afin de les sonder sur leur vécu dans cette société. Quatre cents personnes ont été interrogées.

La première conclusion est sans appel : la grande majorité des musulmans de Belgique ont, au quotidien, un mode de vie assez proche de celui de leurs voisins.

Infographie1

Voir les chiffres sur mobile

Par contre, ils sont également une très grande majorité à se sentir stigmatisés. Sur ce point, la comparaison entre le sondage effectué avant les attentats de Paris, de Bruxelles et de Nice – entre autres – (entre le 15/09 et le 30/10 2015) et la seconde vague (entre le 20/08 et le 20/09 2016) est significative. Ainsi, les musulmans de Belgique, ont de plus en plus peur de la haine qui se développe à leur égard (65 % contre 53 % avant les attentats). Ils ont l’impression qu’on les prend tous pour des terroristes (71 % contre 54 % avant les attentats).

Infographie2

Voir les chiffres sur mobile

Pourtant, s’ils se sentent stigmatisés, ils n’en condamnent pas moins les attentats, à une large majorité.

Infographie3

Voir les chiffres sur mobile

Les mœurs occidentales décriées : alcool et érotisme

A contrario, à peu près un tiers des musulmans interrogés disent qu’ils n’aiment pas les mœurs occidentales, qu’ils préféreraient un système politique « inspiré du Coran » et qu’ils estiment que les lois de l’islam sont supérieures aux lois belges.

Tout d’abord, la question sur les mœurs occidentales précisait d’emblée, dans une parenthèse, les sujets qui fâchent : « je n’aime pas la culture, les mœurs et le mode de vie occidental (autonomie des femmes, érotisme, alcool, etc.) ». « Je déplore qu’on ait interrogé uniquement les musulmans sur cette question, s’énerve Nadia Fadil, professeure au centre de recherche Multiculturalisme, Migration et Minorité de la KULeuven. De cette façon, on construit le problème musulman. Or, beaucoup de personnes non musulmanes peuvent se montrer critiques par rapport à notre société occidentale, son hypersexualisation, son néolibéralisme, sa pollution, par exemple. »

Infographie4

Voir les chiffres sur mobile

Infographie5

Voir les chiffres sur mobile

Allah au-dessus des lois ?

Pour le reste, le fait de placer les lois religieuses au-dessus de toute chose n’empêche pas de respecter les lois belges en elles-mêmes, dans la pratique, comme l’explique Brigitte Maréchal, directrice du CISMOC (Centre interdisciplinaire d’études sur l’islam dans le monde contemporain) de l’UCL : « Le coran demeure une référence de valeurs, de sens pour les musulmans. Nombre d’entre eux sont très respectueux de la démocratie mais pourront considérer que les lois de l’islam sont plus justes, plus éthiques. » Pour Corinne Torrekens, sociologue à l’ULB, cette aspiration à un système politique inspiré du coran réfère davantage à un idéal, la société mythifiée du Prophète.

Au-delà de ces réserves, les experts ne nient pas qu’une grosse minorité de musulmans adopte une vision plutôt orthodoxe et conservatrice de l’islam. Pour l’islamologue Abdessamad Belhaj, de l’UCL, il ne pourrait en être autrement : « Depuis les années 70, en Europe, l’islam est pratiqué selon une vision islamiste : ce sont eux qui ont construit les mosquées, etc. Or, ils ont une vision « totale » de l’islam, c’est-à-dire que l’islam est la solution à tout et que Dieu est le législateur. »

Méthodologie : deux enquêtes à vingt ans de distance

Trois phases ont présidé à cette seconde édition. – 50 entretiens qualitatifs ont été réalisés en face-à-face avec des chercheurs de Survey&Action pour dégager les thèmes importants, ceux qui parcourent en profondeur et de manière récurrente l’opinion publique belge. – Première vague quantitative : du 15 septembre au 30 octobre 2015. 2.344 personnes interrogées dans toute la Belgique (Flandre 800, Wallonie 800, Bruxelles 600 avec un suréchantillonnage des personnes de confession musulmane – 400 –). Durée des enquêtes : de 45 minutes à 1h30. – Deuxième vague quantitative post-attentats parisiens du 13 novembre 2015 : du 20 août au 20 sept 2016, échantillon de même structure et de même taille (2.390 personnes). Total des deux vagues : 4.734 entretiens. Marge d’erreur : 2 %. Les items sont des verbatims entendus de façon récurrente, appelant au sens commun. Echelle d’accord de 1 à 7.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP